×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le tiers de la population déjà recensé

Par L'Economiste | Edition N°:1850 Le 09/09/2004 | Partager

. Le haut-commissaire au Plan fait un bilan d’étape . Et une enquête post-censitaire prévue à la fin du recensementLe recensement général de la population et de l’habitat est sur la bonne voie malgré quelques imprévus qui ont marqué cette opération. Le haut-commissaire au Plan Ahmed Lahlimi a fait le point sur l’état d’avancement de cette opération de grande envergure, lors d’un point de presse hier à Rabat. Il est également revenu sur certaines fâcheuses situations, auxquelles ont été victimes les agents recenseurs. Car, au-delà de l’aspect purement statistique, «le suivi de l’opération sur le terrain nous permet d’apprécier l’environnement dans lequel il se déroule», a indiqué Lahlimi. A cet égard, il a souligné que la majorité de la population s’est montrée coopérative vis-à-vis des agents recenseurs. «Nous avons même reçu des appels de personnes non encore recensées pour se faire signaler de crainte d’être oubliées», ajoute-t-il. Cependant, des réticences se sont exprimées à Rabat et à Oujda. Les voies de recours prévues par la loi ont été mises en œuvre dans les incidents dont furent victimes des agents de recensement, notamment celui de Rabat. Le haut-commissaire a précisé que « les auteurs des refus comme des fausses déclarations, sont passibles de sanctions prévues par la loi du 16 juin 1971 relative au recensement». Une approche sociologique a montré que les quelques ménages récalcitrants se localisent, paradoxalement, dans les quartiers aisés de grandes villes. Ce qui est une anomalie car ces catégories sociales, vu leur niveau socio-économique, doivent être plus compréhensives et adhérer, volontiers, à cette opération. Volet résultats, le recensement lancé le 1er septembre, qui vient de boucler une semaine, commence à livrer ses chiffres, a-t-il rappelé.Un premier bilan établi par le haut-commissariat au Plan (HCP) indique que le tiers des ménages, estimé par l’approche cartographique, a été recensé. Ces informations sont disponibles 5 jours après le lancement de l’opération. «Seulement, c’est un chiffre à prendre avec réserves», a déclaré Ahmed Lahlimi. En effet, les données sont collectées à travers un serveur vocal que le département a mis à la disposition des agents recenseurs. Or, sur le terrain, les ménages recensés dépassent le résultat présenté à cause d’absence de moyens de communication surtout dans les régions reculées. Et les résultats ne parviennent pas au HCP où ils doivent être stockés dans une base de données.Lahilimi a mis l’accent sur le post-recensement. Une enquête post-censitaire sera effectuée à la fin de l’opération pour vérifier l’exhaustivité du recensement. Et pour éviter une reproduction du précédent scénario où le personnel a tardé à percevoir ses indemnités, Lahlimi a été rassurant. Il a précisé que toutes les dispositions ont été mises en œuvre pour que les agents recenseurs touchent leurs indemnités une fois l’opération finalisée. «En octobre, tous les participants seront indemnisés», a-t-il promis. D’ici là, une avance couvrant les périodes de formation et la partie du travail accompli sera déboursée à l’ensemble du personnel à la fin de la collecte de l’information.


Résidents étrangers

Le haut-commissariat au Plan a contacté les services consulaires des différentes représentations diplomatiques accréditées à Rabat pour procéder au recensement des étrangers au Maroc.Car, comme l’a précisé Lahlimi, « le recensement prend en compte aussi bien les nationaux que les étrangers résidant dans le pays organisateur du recensement». Excepté les membres du corps diplomatique et consulaire. Amal BABA ALI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc