×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie

Assises Agriculture
50% des objectifs de la vision 2020 réalisés

Par L'Economiste | Edition N°:3264 Le 28/04/2010 | Partager

. Céréales: 80 millions de quintaux attendusCette année encore, le Maroc s’attend à une récolte céréalière exceptionnelle. Ce n’est pas bien évidemment la moisson record de la campagne 2008/2009 mais le volume attendu est de l’ordre de 80 millions de quintaux. Chiffre dont s’est félicité Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la pêche maritime, en ouvrant, hier, les 3e assises de l’Agriculture. Pour le ministre, la production attendue n’est pas uniquement le fruit de facteurs favorables, notamment la bonne pluviométrie, mais c’est bien le résultat de la nouvelle dynamique insufflée au secteur agricole. Car le Plan Maroc vert a déjà enregistré la réalisation de nombreux projets au niveau de ses deux piliers productiviste et solidaire. A ce titre, 10 milliards de DH y ont été investis lors de l’actuelle campagne. Au-delà, «les principaux indicateurs sont au vert», précise Akhannouch. En comparaison avec 2005, année de référence, le PIB agricole a augmenté de 30%, la production a pour sa part progressé de 37%. Le tout a permis la création de 600.000 emplois par rapport à l’année 2005. Par ailleurs, 50% des objectifs de la vision 2020 ont été réalisés en 2009 pour certaines filières. Ainsi, la production d’olives a atteint un niveau record de 1,5 million de tonnes. Celle des agrumes a enregistré une hausse de 15% pour se situer à 1,4 million de tonnes en 2009-2010. Sur le registre des investissements agricoles, des progressions notables sont à signaler. Akhannouch cite à titre d’exemple les intrants dont le niveau d’utilisation a plus que doublé. Il en est ainsi de l’utilisation des semences sélectionnées dont les ventes ont porté cette année sur 1,13 million de quintaux. L’emploi de plus en plus massif des engrais est aussi un signe d’amélioration des techniques culturales. Au volet du machinisme agricole, bien que le Maroc accuse quelque retard par rapport aux normes de la FAO, la tendance est également à l’évolution. On recense en effet 57 tracteurs pour 10.000 ha contre 70 unités recommandées par l’Organisation mondiale. L’équipement des exploitations agricoles en matériel d’irrigation localisée a enregistré un bond de 55% sur la même période. Ces investissements ont permis l’amélioration des rendements pour les diverses filières de production. De fait, le PIB des filières à haute valeur ajoutée a augmenté de 20% pour les céréales et de 8% pour la production animale.En somme, on peut dire aujourd’hui qu’une rupture structurelle s’est opérée avec l’agriculture d’autrefois. De sorte que l’amélioration du climat des affaires séduit de plus en plus des investisseurs à haute capacité managériale. Résultat: 18 projets ont vu le jour dans le cadre du pilier I totalisant un investissement de l’ordre de 8,5 milliards de DH, et 50 pour le pilier II dont 40 sur 45.000 ha ont été réalisés dans les zones du Nord et de l’Oriental. Et cinq autres grands projets portant sur 50.000ha ont profité aux zones du Haouz et du Souss-Massa. L’ensemble a drainé une enveloppe de 2 milliards de DH et a concerné quelque 130.000 agriculteurs.


Conventions

Parallèlement aux Assises, six conventions ont été signées entre le gouvernement et des institutionnels privés. Parmi ces dernières, il y a lieu de citer l’accord de valorisation de l’Agropolis de Meknès, et le contrat-programme avec la filière des dattes portant sur une enveloppe de 7,6 milliards de DH. Une autre convention a été avalisée avec la Société financière internationale. Elle cible le soutien au développement d’infrastructures d’irrigation, y compris une usine de dessalement d’eau de mer, dans la région de Souss-Massa. Le financement est estimé à 1,9 million de dollars. De même, la Société Générale a signé avec l’Etat une convention consacrant l’accompagnement bancaire du Plan Maroc vert.Y.S.A et A.G.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc