×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Agadir: Croisière pour la pêche aux requins

Par L'Economiste | Edition N°:1836 Le 19/08/2004 | Partager

. Les yachts organisent de plus en plus des sorties en mer au profit des touristes . Certains font jusqu'à 4.000 clients par an, essentiellement avec les étrangers NEUF heures du matin, mardi dernier, comme de nombreuses journées du mois d'août à Agadir, le temps est plutôt brumeux en ce début de matinée. Mais la grisaille du ciel, chose commune à pareille période, ne décourage pas les vacanciers, nombreux à sortir de leurs résidences de vacances. Au port d'Agadir, du côté du Yacht Club, c'est encore le calme plat à cette heure. Les bateaux accostés ont l'air d'être déserts. Sur l'un d'eux, tout de même des personnes et un équipage de sept membres s'activent. Le yacht Aba Karim, un bateau de 740 chevaux (2 moteurs de 8 cylindres chacun) de construction anglaise et propriété de l'agence Souss Plaisance se prépare depuis deux heures environ à accueillir ses clients pour sa quotidienne sortie en mer (hormis le lundi, jour de repos) pour la pêche aux requins. Les clients joueront le rôle de marins, même si certains mettent le pied pour la première fois sur un bateau. Les premiers arrivants ne tarderont pas à être là. Un mini bus s'arrête à quelques mètres du ponton, près d'une trentaine de touristes descendent; d'autres clients les rejoindront. Au total, le bateau embarquera 40 passagers sans compter l'équipage. Le prix de l'excursion est fixé à 420 DH par personne. Tout ce monde ne sera pas à l'étroit, le bateau est assez large et composé de plusieurs espaces. Plus de la moitié des clients sont des Russes venus pour la première fois au Maroc. Un couple d'Alsaciens fait également partie de l'expédition. Selon un représentant de l'équipage, à l'exception de la période estivale, notamment le mois d'août, les nationaux sont de rares clients pendant l'année. Dix heures du matin, après un contrôle inopiné de représentants de la délégation maritime, le yacht quitte le port, aux commandes le capitaine Ahmed Asdaf, un féru de la mer ayant une expérience de 45 ans dont 22 ans à la tête de bateaux de plaisance. Très vite sur le bateau une ambiance bon enfant se créé. Bien qu'il soit à environ son millième sortie, l'équipage ne semble pas blasé mais par contre passionné par le métier. Avant de mettre le cap sur le large pour faire la chasse aux requins, tous les maîtres du bord s'attellent à initier les passagers à la pêche à la ligne en longeant la côte du côté de la commune d'Anza, histoire d'occuper tout de suite les clients et de les habituer aux remous de l'océan. Bien que la mer fût calme, certains ne profiteront pas vraiment de la sortie en raison du mal de mer. Les autres se concentreront pendant près de deux heures à accaparer les poissons. Tout le monde n'aura pas la main heureuse. Chaque prise sera ponctuée d'applaudissements. C'est ainsi que petits sars, pageots, rougets… rempliront au fur et à mesure un récipient Ils ne serviront pas de déjeuner. Dans les cuisines, le chef s'affairaient depuis 7 heures du matin à préparer le déjeuner pour tous avec, assure-t-il, des aliments frais achetés le jour même.Il est environ 12h45 mn, l'air marin a donné faim aux invités. Mais auparavant il faut s'enfoncer vers le large à 3 miles marins (6 km environ de la côte) pour accaparer les requins. Pour les piéger, l'équipage a préparé une marinade composée de têtes et de restes de petits poissons entre autres. Trois filets transportant ce mélange seront jetés en mer accrochés à d'énormes bouées rouges semblables à des ballons. Une démarche que l'équipage appelle la pêche à la mitraillette. L'attente du résultat durera près de deux heures pendant lesquelles les passagers feront honneur dans une atmosphère très conviviale au menu poisson du chef cuisinier. Mais le repas à peine fini, tout le monde se précipitera à l'avant du bateau pour voir si un requin a été piégé. Mais ce jour-là pas de chance, le bateau et ses passagers reviendront bredouilles contrairement à de nombreuses sorties auparavant. Les trois filets seront remontés vides. Les clients n'en sont pas déçus pour autant. Les uns comme les autres conviennent que la sortie valait la peine et qu'ils ont passé une bonne journée. Cette dernière se terminera en apothéose par une baignade le long de la côte à un niveau de 7 m de profondeur environ avant que le yacht ne regagne le port vers 16 h 30.


Six agences sur la place

LES premières initiatives dans la filière des bateaux spécialisés dans les promenades en mer remontent aux années 90. Aujourd'hui, la ville compte près de six agences consacrées à ce créneau. Deux d'entre elles pouvant transporter 40 personnes. Les autres disposent de capacités variant de 12 à 16 personnes. Aucun chiffre officiel n'est disponible concernant leur activité. Mais selon des professionnels, les bateaux réalisent approximativement un taux moyen de remplissage de 50% par jour tout au long de l'année. Pour sa part l'Aba Karim enregistre une moyenne de 4.000 clients par an. La filière est sûrement un plus indéniable pour le tourisme de la ville. Elle pourrait drainer beaucoup de clients si les prix étaient révisés à la baisse. Pour le moment ils restent prohibitifs pour un grand nombre de nationaux. D'un autre côté, pour le développement de cette niche, en attendant la réalisation de la marina programmée, le yacht club qui abrite les bateaux de plaisance a besoin de réaménagements. Pour le moment il ressemble à un dépotoir.De notre correspondante, Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc