×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Marrakech: De nouveaux hôtels 3 étoiles

Par L'Economiste | Edition N°:1836 Le 19/08/2004 | Partager

. L'offre ne devra plus être constituée essentiellement par les hôtels de luxeL'offre hôtelière de Marrakech se diversifie et plusieurs investisseurs particuliers s'intéressent désormais à la catégorie moyenne gamme. Ainsi, depuis juillet, l'établissement Moroccan House à 48 chambres a ouvert ses portes au Guéliz dans la rue Loubane. Cette unité de 3 étoiles est dotée d'une architecture marocaine typique, plus inspirée de celle du nord et particulièrement de Chefchaouen. Normal, puisque son propriétaire est issu de cette région. Il a investi près de 20 millions de DH pour son premier hôtel à Marrakech. Dans la même rue, le Caspien, un établissement de trois étoiles avec 38 chambres et deux restaurants est presque achevé. Il n'attend plus que le permis d'habiter. Ses propriétaires sont les frères Kazouini, restaurateurs qui gèrent deux établissements aux Etats-Unis. En septembre, une autre unité sur l'avenue Hassan II devra ouvrir ses portes. Cette catégorie se concentre dans le centre ville puisque ces établissements ne nécessitent pas de grands terrains. En fait, l'offre 3 étoiles prend du grade à Marrakech actuellement, alors qu'elle a été négligée dans le passé. Sur les 70 unités de la ville, 15 d'entre eux sont des 3 étoiles. Les années précédentes, les investissements ont concerné uniquement le haut de gamme et les maisons d'hôtes. A titre d'exemple, la nouvelle zone hôtelière de l'Aguedal n'a pas intégré les 3 et encore moins les 2 étoiles dans ses plans. Du reste, les terrains pour les maisons d'hôtes censés jouer un rôle intermédiaire ont été cédés à prix très fort (1.500 DH/m2). C'est pour cela que certains estiment que les nouvelles unités qui voient le jour dans la catégorie des 3 étoiles devraient équilibrer le produit Marrakech. “Ce produit devra compléter celui des 4 et 5 étoiles, notamment lors des hautes saisons et pour l'événementiel”, commente Boujemaâ Najmi, hôtelier et administrateur de l'AIH (association de l'industrie hôtelière). “Faire de Marrakech un ghetto de luxe, n'est pas la bonne solution, estime cet autre professionnels. Marrakech et le Maroc d'une manière générale doivent travailler la croissance via une diversification de produits”. Cela passe donc par un équilibre entre les 3 et 4 étoiles et aussi les résidences de vacances, produit très recherché par les Européens, mais aussi les touristes nationaux. La restauration sur place est abordable (50 DH pour le petit-déjeuner). Les tarifs des chambres doubles sont aux alentours de 400 DH par nuitée. Il faut noter cependant que durant des périodes creuses, certains établissements de 4 et même 5 étoiles à Marrakech bradent les prix et proposent des tarifs similaires. Une politique qui n'est pas pour plaire aux autres hôteliers. Pour contrer ce phénomène, l'AIH, a en projet un canevas des prix minimums accordés aux agences de voyages et en dessous desquels les ventes sont impossibles. L'objectif est de lutter contre toute forme de dumping, notamment suite aux braderies constatées par des établissements de catégorie 5 étoiles qui ont concédé des chambres aux TO low cost, à de tarifs très bas. De notre correspondante,Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc