×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Taounate: Réhabilitation d'une école

Par L'Economiste | Edition N°:1836 Le 19/08/2004 | Partager

. Une ONG française parraine l'opérationUne chose est sûre, «les enfants de Ouled Bel Kaâb ne reconnaîtront plus leur école à la rentrée», témoigne l'un des habitants de ce douar, relevant de la commune rurale de Jbabra (province de Taounate). C'est que l'architecture de cette infrastructure a beaucoup changé depuis que les jeunes bénévoles de l'association française Asaj (Association sport activités jeunesse) se sont mobilisés pour sa réhabilitation. Vitres remplacées, murs restaurés, toits rénovés, couleurs vives… Il faut dire qu'on est bien loin de l'état délabré de l'école de Ouled Bel Kaâb d'avant le lancement de ce chantier, il y a quelques semaines. Au total, 13 jeunes Français (dont 6 filles), âgés de 16 à 19 ans, se sont impliqués dans cette opération. Pour la plupart d'entre eux, ils n'ont jamais eu l'occasion de visiter le Maroc auparavant. Mais l'état de cette école, ils le connaissent depuis plus de 8 mois. C'est à travers les photos prises et le film réalisé dans le cadre de la septième mission humanitaire orchestrée dans cette région par l'association française «Une goutte d'eau» avec sa consœur locale «Fleur de vie» (cf. www.leconomiste.com). Chargé des actions de prévention lors de cette mission, le président de l'Asaj, Roland Muselle, a su mobiliser à son retour en France les jeunes membres de son association autour du projet. Touché par la gravité des conditions scolaires dans cette localité, le groupe ainsi constitué s'est très vite lancé dans l'opération de collecte de fonds pour le financement des travaux de restauration envisagés. Encadrés par deux animateurs, les jeunes Français du canton de St-Symphorien-de-Lay n'ont pas ménagé leur peine durant toute l'année scolaire. Après-midi récréatifs, vente de gâteaux, concerts, présentation du projet dans diverses communes, démarchage auprès du club d'entreprises du canton, mise en place d'un stand lors des animations organisées par les comités des fêtes ou d'autres associations locales… sont autant d'actions entreprises pour préparer le départ au Maroc. Un effort qui a permis à l'association de collecter une somme de 15.000 euros, dont 6.000 ont été affectés à l'achat de matériel. Au Maroc, c'est l'association «Fleur de vie» qui a pris en charge les bénévoles français. Lesquels ont été aidés dans leur mission par de jeunes Marocains et des artisans locaux. La commune de Jbabra a assuré, pour sa part, l'approvisionnement du site des travaux en eau potable (des citernes d'eau ont été mises à la disposition du chantier). Quant à la province de Taounate, elle a contribué en fournissant le ciment. De notre correspondante,Amal TAZI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc