×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    La pensée de Abdelwahab Meddeb en arabe

    Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5497 Le 17/04/2019 | Partager
    abdelwahab-meddeb-097.jpg

    «Islam, la part de l’universel», de Abdelwahab Meddeb, en version originale française accompagnée de sa traduction arabe inédite par Mohammed Zernine, c’est le dernier né de la maison d’édition En Toutes Lettres. Ce second ouvrage de la collection Traduction est la réédition de la version originale publiée en 2003.

    Un texte qui fait l’éloge de la dimension humaniste de la civilisation musulmane et son apport considérable à des domaines comme l’architecture, les mathématiques, les sciences politiques, la théologie, etc. Le livre de Meddeb n’est ni plus ni moins qu’«un plaidoyer plein d’optimisme et de conviction érudite». Il est grand temps, dit-il, de renouer avec l’esprit qui a permis à la civilisation arabo-musulmane de contribuer à l’enrichissement de la civilisation humaine.

    Non, dit-il, pour islamiser la modernité, mais pour construire collectivement un vivre ensemble universel. «La singularité de l’islam [est d’être la] seule entité qui s’est frottée simultanément aux frontières de l’Europe occidentale, de Byzance, de la Chine et de l’Inde. Cette mitoyenneté de la diversité donna à la langue arabe le privilège d’être en contact avec les domaines que recouvrent le latin, le grec, le chinois, le sanskrit qui s’ajoutent aux domaines intégrés qui ont rendu possible les savoirs déposés dans les langues persane, syriaque, araméenne, hébraïque, démotique. L’islam a soudé ces traditions disparates, les a unifiées et revigorées ensemble».

    Il souligne, nous dit Mohammed Zernine, «la continuité innovante et créatrice entre ce qui précédait et ce qui suit». Pour lui, ce principe de synthèse est aujourd’hui toujours à même d’inspirer une éventuelle contribution des Arabes et des Musulmans à un vivre-ensemble universel.

    Penseur libéral et érudit,  AbdelwahabMeddeb est décédé en 2014. Ces travaux se fixaient comme objectif de donner des clefs de compréhension au grand public en laissant entendre un courant humaniste pensé à partir du monde arabe.

    A. Bo

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc