×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Enchères

Par L'Economiste| Edition N°:2414 Le 04/12/2006 | Partager

Aujourd’hui est le dernier jour du fonctionnement des ports du Maroc sous «l’ancien régime», construit en 1984. A minuit, la nouvelle loi entre en vigueur. Son application ne pose pas de problème, sauf à Casablanca qui restera le principal port du pays, jusqu’en juin prochain, date d’entrée en fonction de TangerMed. Sur le fond, c’est le schéma de 1984: deux catégories d’intervenants, c’est-à-dire trois stevedores et une partie des dockers, multiplient les pressions pour obtenir des avantages particuliers.En 1984, il est vrai, ces mêmes dockers avaient obtenu l’emploi à vie. Plus exactement le revenu à vie, puisque la mécanisation aidant, moins de la moitié des bénéficiaires fournit réellement le travail correspondant au salaire. Tous les dockers ne sont pas partie prenante à cet avantage: les dockers de quai, fonctionnaires de la Sodep, ne sont pas concernés. Il n’empêche que les dockers de bord ont le pouvoir de gêner le trafic et de bloquer les navires. Ils menacent d’ailleurs de prendre le commerce extérieur en otage.N’ayant pu obtenir le soutien de leur centrale -qui ne veut pas jouer les travailleurs des docks contre ceux des usines-, les protestataires ont requis l’appui des groupements syndicaux de ports européens. Depuis l’affrontement perdu avec Margaret Thatcher, il y a 25 ans, les dockers européens n’ont plus le pouvoir d’antan, mais certains groupements isolés ont des capacités de nuisance, surtout qu’il n’est pas très difficile de jouer sur l’image «d’exploiteur des pauvres travailleurs» qu’ont les pays en voie de développement comme le Maroc. Les dockers de Casa ne s’en sont pas privés. L’Etat n’est plus aussi démuni qu’en 1984: il y a d’autres ports et un réseau routier. Mais la manière avec laquelle il va décider de régler le problème, épreuve de force, distribution de revenus à vie ou gagner du temps en attendant le remplacement de Casa par Jorf et Tanger, donnera la référence à la politique économique du pays pour longtemps.Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc