×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Compétition

Par L'Economiste| Edition N°:3160 Le 01/12/2009 | Partager

Des laissés-pour-compte, le Maroc en collectionne. Des régions abandonnées, il les collectionne aussi. Pendant des décennies, nombre d’entre elles ont été laminées par l’exode rural, ce phénomène qui a fini par gangrener les autres «villes riches». Mais depuis peu, le pays a décidé de réagir pour que tout ne se fasse et ne se passe pas uniquement sur l’axe Casablanca-Rabat.Notre dossier sur la Chaouia, et d’autres avant lui, montre bien que les richesses se trouvent aussi dans les régions et qu’elles ne sont pas en panne de croissance. Au contraire. Des opérateurs ont cédé aux sirènes d’un climat moins féroce et d’une pierre encore bon marché pour y monter des projets et y faire germer des idées. De l’emploi s’y crée, de l’argent y est injecté, des chantiers de grande envergure y sont menés.Les régions veulent se prendre en charge et elles le font savoir. Savoir qu’il y a un véritable décollage créateur de richesses.C’est tout le bénéfice de ces politiques de déconcentration et de régionalisation. Le pays grandit, se développe et c’est là où ce concept doit jouer. C’est le fameux «think global, act local», emprunté au monde des affaires et qui a donné d’excellents résultats. Chaque région est ainsi responsable localement de son business et devra donner au final des comptes. Ces comptes-là montreront quelle région est la plus prospère et la plus compétitive. Et c’est la notion même de région qui est en train de mûrir pour mettre fin à cette aberration d’un Maroc à deux vitesses (Maroc utile vs Maroc inutile).Tout cela est très bien, mais ce n’est pas suffisant. Car il faut davantage pour désenclaver d’autres régions, leur permettre d’avoir des routes, de l’électricité, de l’eau, des centres de santé… Le but étant de donner une égalité des chances pour une compétition saine des territoires.Meriem OUDGHIRI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc