×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Vente de voitures
Un premier trimestre morose

Par L'Economiste | Edition N°:3254 Le 14/04/2010 | Partager

. Les ventes ont reculé de 7,82% en mars . Repli de près de 12% du monté localSI globalement le secteur automobile est en train de tourner une page difficile, le marché des véhicules neufs peine à reprendre des couleurs. Il s’effrite, dans sa globalité, de 7,82% depuis le début de l’année. C’est en substance ce qui ressort des dernières statistiques du mois de mars de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (Aivam). Depuis janvier et malgré des offres promotionnelles alléchantes, les ventes de véhicules restent dans le rouge, mettant à bas le moral des importateurs-distributeurs. Ainsi, le secteur n'a écoulé que 21.051 véhicules durant le premier trimestre contre 22.838 à la même période de l’année précédente. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, c’est plutôt le monté local (CKD) qui tire le secteur vers le bas. En effet, ce segment montre ses signes d’essoufflement avec un repli de 12,3%. A fin mars, les ventes du CKD se sont chiffrées à seulement 7.386 véhicules (soit 2.559 unités pour le seul mois de mars). Une baisse attribuée en grande partie au recul des ventes de Peugeot et Citroën, respectivement de 37,9 et 31,5%. Seule Dacia (Logan et Sandero) parvient à tirer son épingle du jeu. La marque low-cost a pu écouler 4.083 unités depuis janvier 2010, arrivant, comme à l’accoutumée, en tête des ventes.Si le marché reste installé dans un trend baissier, c’est en partie aussi en raison de la contre-performance du segment des véhicules neufs importés montés (CBU). Ce marché accuse une baisse de près de 5,16%, pour 13.665 unités commercialisées à fin mars. Par marque, c’est Renault qui arrive en tête des ventes. La marque au losange a écoulé 1.566 voitures durant le premier trimestre contre 1.423 à la même période de l’an dernier. Sur le seul mois de mars, le constructeur français a vendu 609 voitures contre 483 en février. Renault a, ainsi, réalisé une part de marché de 11,4%. Non loin derrière, Peugeot réalise, en cumul sur les trois premiers mois de l’année, quelque 1.524 ventes. Toutefois, sur le seul mois de mars, la marque au lion a enregistré 627 nouvelles immatriculations contre 444 unités en février. Hyundai arrive en troisième position. La marque sud-coréenne a écoulé 1.365 voitures durant ce premier trimeste contre 1.197 durant la même période de l’année précédente. La quatrième position revient à Kia avec 1.295 unités livrées depuis le début de l’année (456 ventes en mars contre 404 en février). Le dernier du top five n’est autre que Volkswagen. La marque allemande a vendu 1.231 voitures à fin mars, avec 454 unités écoulées le mois dernier.B. S.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc