×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Inondations
Météo: La pluie sans répit

Par L'Economiste | Edition N°:3416 Le 02/12/2010 | Partager

. Des éclaircies depuis hier . Mais des averses dès le début de la semaine prochaineTout le monde le reconnaît, ce sont des pluies exceptionnelles qu’ont connues différentes régions du Royaume depuis ce début de semaine. Casablanca en l’occurrence a connu, en 24 heures, les précipitations les plus importantes depuis plus d’une décennie. En effet, la moyenne habituelle du mois de novembre a été dépassée, et de loin. En une journée, la métropole a reçu plus de 178 mm alors que la moyenne mensuelle pour le mois de novembre ne dépasse généralement pas les 54 mm.Comme le confirment depuis hier les agents de la direction météorologique nationale, la situation se stabilise à Casablanca comme dans toutes les villes du centre et du sud du Royaume. «Le ciel continuera à s’éclaircir avec le passage de quelques nuages pluvieux suscitant quelques légères averses», explique Bellaouchi Mohammed, chargé de communication à la Météorologie nationale. Il n’en est pas de même pour les régions du nord où les précipitations se prolongeront jusqu’à vendredi. Des averses s’abattront sur le Rif occidental, le littoral méditerranéen, le tangérois, le Loukkos, le Gharb, le Saiss, le Moyen Atlas et le nord de l’Oriental. Ces pluies seront accompagnées de vents modérés et d’une baisse graduelle de température qui variera entre 1 et 6 degrés sur les reliefs, 7 et 12 degrés sur l’Oriental et entre 10 et 15 degrés en général partout ailleurs.Le week-end marquera le retour du soleil avec une hausse relative des températures et un ciel peu nuageux le jour sur la majeure partie du Royaume. Il faut également s’attendre à de la brume la nuit et la matinée près des côtes et dans les vallées. En revanche, dès le début de la semaine prochaine, de la pluie est annoncée sur les plaines atlantique nord et centre avec un risque d’ondées sur le tangérois. Les quantités de précipitations accumulées pendant la période du 29 au 30 novembre sont de 178 mm à Casablanca, 175 à Chefchaouen, 149 à El Jadida, 97 à Rabat, 78 à Sidi Slimane et 75 à Larache. Pour Bellaouchi,  c’est l’intensité des précipitations qui a causé des dégâts et non leur quantité. En effet, «la quantité de pluie accumulée en 24 heures dépasse la capacité d’absorption, chose qui a provoqué des débordements, voire des inondations».Il faut rappeler que ce n’est pas la première fois que le Royaume fait face à une situation de ce genre. En 2002 et 2007, les moyennes ont atteint 75 mm en 24 heures. Selon une récente étude menée par la direction météorologique nationale, le phénomène risque de s’amplifier au fil des ans à cause de l’éternel problème du réchauffement climatique. A. N. & M. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc