×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Dossier BâtimentDémarrage du marché hypothécaire

Par L'Economiste | Edition N°:1037 Le 13/06/2001 | Partager

. La première opération de la société Maghreb Titrisation est prévue d'ici la fin de l'année. Ce nouveau mécanisme permettra de stimuler le marché des capitauxLa titrisation est à ses premiers pas au Maroc. Après une longue et douloureuse gestation, le dispositif réglementaire a été bouclé et la première société de titrisation vient d'être créée. Maghreb Titrisation est une société spécialisée dans le montage financier et juridique des fonds de placement de titrisation. Son capital social de 5 millions de DH est détenu essentiellement par le CIH (33%) et la CDG (33%). Le lancement de la première opération est prévu pour fin 2001. La mission assignée au marché hypothécaire est le soulagement de l'économie en général et du secteur du logement en particulier. C'est un système de “recyclage des créances” qui permet aux institutions financières de multiplier leur capacité de financement sans avoir à se soucier de leurs fonds propres. “C'est un effet de levier exceptionnel”, avait déclaré Hicham Karzazi, directeur général de Maghreb Titrisation, dans un entretien accordé à L'Economiste (www.leconomiste.com).A terme, le marché hypothécaire permettra d'améliorer l'offre en matière de financement du logement et par là donner un nouveau souffle à ce créneau. La titrisation consiste dans la transformation de créances en titres financiers via une société indépendante. Cette structure ad hoc émet des titres et achète des actifs avec le produit de cette émission. Les investisseurs, quant à eux, sont remboursés grâce aux flux provenant des actifs cédés. Pour sa part, l'établissement gestionnaire dépositaire constitue le pivot de ce système de titrisation. Il est chargé d'assurer la garde des créances acquises par le fonds et assure la gestion des actifs. Ce mécanisme, jugé révolutionnaire au niveau international, a permis à de nombreux pays de développer leur marché de capitaux et de financer le logement en particulier. Le CIH est désigné comme premier bénéficiaire de ce marché. Mais d'autres banques et entreprises pourront en profiter. K. M.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc