×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Ciments du Maroc redéploie son activité

Par L'Economiste | Edition N°:3253 Le 13/04/2010 | Partager

. Un partenariat envisagé avec Ciment de l’Atlas. Ce rapprochement se traduirait par une participation croiséeCiments du Maroc prospecte en dehors de son marché traditionnel. Alors que les ventes ont progressé de 3,4% sur l’ensemble du marché, celles de la filiale du groupe Italcementi ont enregistré une baisse de 1%. Les régions de Marrakech et du Souss, principal marché du cimentier, ont reculé respectivement de 4,5 et 4,1% à fin 2009. S’y ajoute également une saturation des capacités de production. Tenant compte également de l’implantation de Lafarge dans le sud, la filiale du groupe Italcementi envisage l’implantation d’une nouvelle unité de production au nord de Marrakech. Un déploiement du dispositif est également à prévoir dans les régions du centre et du nord. D’après Mohamed Chaïbi, président-directeur général de Ciments du Maroc, «ces projets se traduiront par la mise en place de nouvelles usines du type Aït Baha ou par des partenariats avec des opérateurs existants ou de futurs intervenants sur le marché». Le groupe étudie actuellement un rapprochement avec Ciment de l’Atlas de Anas Sefrioui, président-directeur général d’Addoha. Le nouvel opérateur prévoit la mise en place de deux unités de production à Beni Mellal et dans la région de Settat. «L’option préconisée pour ce rapprochement est une participation croisée», révèle Mohamed Chaïbi. Le redéploiement de Ciments du Maroc en dehors de son marché «traditionnel» lui permettrait dans une certaine mesure de rompre avec la saturation de ses capacités de production. Il s’agit également de se positionner face à la concurrence qui lorgne le marché traditionnel de l’opérateur. Aujourd’hui, Ciments du Maroc revendique une part de marché de 28% après être retombé à 25,6% à fin 2009, consécutivement à la baisse de ses ventes. Ce qui explique une performance moyenne du chiffre d’affaires consolidé du groupe, soit 2,8% à 3,5 milliards de DH. L’excédent brut d’exploitation progresse de 38% pour s’établir à 1,5 milliard de DH. Au final, les profits générés par le cimentier ressortent en hausse de 52% à 970 millions de DH.Au niveau de l’activité ciment, le volume d’affaires se hisse à 2,8 milliards de DH en hausse de 4,4% sur un an. L’excédent brut d’exploitation progresse de 40% à 1,3 milliard de DH. Pour sa part, le résultat net dépasse 1 milliard de DH, en hausse de 34,6%.Les activités de béton prêt-à-l’emploi et de granulat, gérées par Betomar, ont contribué à hauteur de 626 millions de DH à la réalisation du chiffre d’affaires total. F. Fa

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc