×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Bug: La Douane prête en mai 1999

Par L'Economiste | Edition N°:403 Le 18/12/1998 | Partager

Le système d'information de l'Administration de la Douane et Impôts Indirects sera prêt dès mai prochain pour passer le cap du 31 décembre 1999. Le projet an 2000, sous-traité en grande partie, va coûter 6 millions de DH.

La Douane sera fixée sur sa capacité à affronter l'épreuve du passage à l'an 2000 avant mai 1999. C'est la conviction de M. Mohamed Benchaaboun, directeur de la Programmation et du Système d'Information à l'Administration de la Douane et Impôts Indirects (ADII). "Dès début 1997, on a lancé l'étude sur le nouveau schéma directeur qui a permis d'identifier le problème de l'an 2000 comme projet à part entière. Ce dernier nous a coûté à lui seul 6 millions de DH et 1.800 jours/homme". Objectif évident: éviter tout dysfonctionnement au niveau de cette Administration sensible, si importante pour le Trésor.
L'intervention pour la migration du système d'information vers le prochain millénaire a concerné "cinq gros systèmes, un millier de micro-ordinateurs et notre réseau Sadoc qui nous met en relation avec 3.000 utilisateurs". Le système de dédouanement des marchandises Sadoc est au coeur du programme de la Douane pour le passage du cap de l'an 2000. Il s'agit du centre névralgique du système d'information qui traite des milliers de déclarations, les régimes économiques et la comptabilité douanière. Articulé autour de plusieurs serveurs, et desservent les principaux bureaux de Douane au niveau national, le système est ouvert à 3.000 entreprises qui y accèdent en temps réel. "Le système d'exploitation qui utilise Sadoc a passé l'an 2000. Sa mise en conformité a été externalisée auprès de prestataires spécialisés (Bull et Cap'Info) sélectionnés suite à un appel d'offres lancé à la fin de l'année dernière", précise M. Benchaaboun.
Au niveau de la démarche, la gestion de la partie du projet an 2000, relative à "Sadoc", qui a démarré le mois de juin dernier est assurée par un comité de projet conjoint constitué d'informaticiens de la Douane et du groupement des prestataires externes.

Obligation de résultat


En effet, après le catalogage, qui consiste en la vérification syntaxique du patrimoine applicatif, "il a fallu procéder à la conversion d'environ 600.000 lignes de code". Si 40% du projet an 2000 de la Douane est traité en interne, 60 % est sous-traité. La spécificité du contrat de sous-traitance conclût avec les prestataires externes, "c'est qu'il prévoit une clause d'obligations de résultat", déclare sur un ton rassurant, le directeur du Système d'Information de la Douane.
Ainsi, Bull et Cap'Info s'engagent solidairement pour que le système d'information de la Douane passe le cap de l'an 2000. Conformément à l'article 10 du cahier des prescriptions spéciales (CPS) relatif à la mise en conformité du système "Sadoc" au passage à l'an 2000 "...il est attendu du prestataire un engagement clair et écrit sur le résultat et sur les délais".
Autre élément qui conforte le respect des délais, c'est "qu'il n'y aura aucun engagement de dépenses pour le projet du bug dans l'exercice 1999/2000".
Evoquant la question de plan d'urgence en cas de problème dans le projet de mise en conformité, M. Benchaaboun, qui est d'ailleurs membre du Comité National de Coordination pour l'An 2000, a précisé que "comme il y aura un passage en réel de toutes nos applications en avril 1999, on aura un délai de 8 mois pour réagir en cas de dysfonctionnement".
L'autre chantier de refonte du système d'information de l'Administration des Douanes est l'étude du schéma-directeur dont les travaux ont commencé avril 1997. Ce schéma prévoit entre autres la consolidation du système Sadoc à travers sa fiabilisation et l'extension de ses fonctions automatisées.

Rachid JANKARI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc