×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Plus de 24 millions de quintaux importés

Par L'Economiste | Edition N°:403 Le 18/12/1998 | Partager

Incidence du retard des pluies ou simple coïncidence, les achats de céréales ont pris de l'importance. Au 15 décembre 1998, ils totalisaient 24,25 millions de quintaux.

Le retard des pluies compromettra-t-il la récolte céréalière de cette année? Trop tôt pour répondre à cette question, estiment les responsables du Département de l'Agriculture. En tout cas, les importateurs de céréales semblent en avoir tiré parti. Entre le 16 novembre et le 15 décembre, les achats céréaliers du pays ont totalisé pas moins de 5,47 millions de quintaux portant le cumul à plus de 24,25 millions de quintaux, estime l'ONICL (Office National Interprofessionnel des Céréales et des Légumineuses). Un chiffre qu'il faut toujours prendre, selon l'Office, a excès ou à défaut de 10%.
Le blé tendre continue à tenir la dragée haute aux autres céréales. Avec 11,84 millions de quintaux, il constitue en effet plus de 49% des importations. Sur cette quantité, 9,89 millions ont déjà été réalisés. Les achats effectués par l'ONICL sont de 2,3 millions de quintaux, le reste (9,54 millions) est en importation libre. Pour les autres types de céréales, le blé dur enregistre 2,15 millions de quintaux, le maïs 3,88 millions, le sorgho 0,34 million et l'orge brassé 0,03 million. Quant aux achats d'orge, ils ont grimpé à 6,01 millions de quintaux, soit 2,17 millions de plus qu'un mois auparavant.
Explication peut-être de cette montée en flèche, la perspective de besoins croissants du cheptel en orge fourragère, puisque les pâturages souffrent du manque de pluie.
Comme toujours, c'est le Port de Casablanca qui enregistre la plus grande part des achats et des réalisations. Ses 19,06 millions de quintaux achetés représentent 78,6% du volume importé. Ses arrivages, quant à eux, sont de 16,88 millions (83,61% du total). Les autres ports enregistrent respectivement 5,36% pour Agadir, 5,02% pour Nador et 4,92% pour Safi notamment.
Pour ces deux dernières semaines de décembre, les arrivages restent faibles: seulement 0,84 million de quintaux pour le Port de Casablanca (le blé tendre est absent de la liste), 0,3 pour Agadir, 0,1 pour Nador ou 0,05 million pour Safi.
Les céréaliers français restent les premiers ravitailleurs du Maroc. Ainsi, ils ont vendu près de 7,53 millions de quintaux aux importateurs nationaux, dont près de 412.000 de blé tendre. Ils représentent ainsi plus de 37,29% des achats. Ils sont talonnés par les farmers nord-américains qui totalisent 4,96 millions de quintaux. Les Américains ont vendu 3,45 millions et les Canadiens 1,51 million. Le blé argentin fait une petite percée avec 0,54 million de quintaux. Quant aux autres origines, elles cumulent 7,16 millions de quintaux.

Ghassan KHABER

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc