×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Brèves internationales

Par L'Economiste | Edition N°:1631 Le 27/10/2003 | Partager

. Grande-Bretagne: Croissance solide A nouveau, la Grande-Bretagne a affiché au troisième trimestre 2003 une croissance solide. Ce qui rend très probable, selon les économistes, un relèvement dès novembre des taux d'intérêt par la Banque d'Angleterre, après trois ans et demi de détente monétaire.Le produit intérieur brut (PIB) a augmenté de 0,6% au 3e trimestre 2003 par rapport au trimestre précédent et de 1,9% en glissement annuel, selon l'Office national des statistiques (ONS), qui publiait vendredi dernier une première estimation. Les ventes de détail ont progressé de 0,6% en septembre par rapport à août et de 3,9% sur un an, a indiqué l'ONS, révisant par ailleurs à la hausse les chiffres du mois d'août.Au troisième trimestre 2003, l'économie britannique a continué d'être tirée par le secteur des services, dont l'activité a connu une évolution de 0,7% sur le trimestre et 2,2% sur l'année, selon les premières indications de l'ONS.Ce secteur, qui représente 66% de l'économie du pays, est le moteur de la croissance depuis des années.La production industrielle (un peu moins de 20% du PIB britannique) semble en revanche avoir stagné, après s'être pourtant légèrement redressée au deuxième trimestre.. France: Baisse du prix du gaz Le prix du gaz naturel va baisser de manière “significative” à partir du 1er novembre. C'est ce qu'a annoncé vendredi 24 octobre Gaz de France, qui diminue ses tarifs pour tenir compte de la baisse du prix du pétrole et de celle du dollar. “Il y aura une baisse significative des prix de vente aux particuliers le 1er novembre”, a affirmé une porte-parole de Gaz de France. L'entreprise n'a pas souhaité préciser l'ampleur de cette baisse, qui est toujours “en cours d'examen par les pouvoirs publics”.Cette diminution s'explique par celle du prix du pétrole, sur lequel est indexé celui du gaz. Gaz de France révise ses prix tous les six mois, notamment pour tenir compte des évolutions du marché pétrolier. Lors de la dernière révision en mai dernier, le tarif du gaz avait augmenté de 4%.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc