×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Aide de l'UE: Bruxelles répond aux critiques de Chirac

Par L'Economiste | Edition N°:1631 Le 27/10/2003 | Partager

. Elle appelle les Etats membres à oeuvrer pour améliorer l'efficacité du FEDLa Commission européenne a reconnu vendredi dernier la persistance de lacunes dans les procédures d'aide au développement de l'UE. Mais elle a appelé les Etats membres à apporter leur concours pour en améliorer l'efficacité, en réponse aux critiques du président français Jacques Chirac. «Quand cette commission a pris le relais il y a quatre ans, on a pris un engagement très clair de corriger une situation qui n'était pas acceptable», a déclaré à la presse Jean-Charles Ellermann-Kingombe, porte-parole du commissaire européen au Développement, Poul Nielson. En visite au Niger, Chirac avait vivement dénoncé jeudi 23 octobre comme inefficaces les procédures d'aide au développement de l'UE, prévenant que la France «n'acceptera pas» de contribuer aussi largement au Fonds européen de développement (FED) si ces procédures n'étaient pas revues. «On a quand même fait pas mal de choses», a expliqué vendredi le porte-parole européen, énumérant notamment l'instauration de programmes multiannuels pour renforcer l'efficacité de l'aide à long terme, et la décentralisation de la mise en oeuvre de ces programmes. Les décaissements en faveur des pays en développement sont en outre passés d'un moyenne de 1,5 milliard d'euros par an entre 1989 et 1999 à «environ 1,9 milliard depuis l'arrivée de la nouvelle commission» et Bruxelles espère «que cette année, ils iront au-delà de 2 milliards», a ajouté Ellermann-Kingombe. «C'est vrai que nous ne sommes pas allés aussi loin que nous l'avions espéré. Nous avons essayé de changer la trajectoire d'un grand vaisseau. Il y a encore beaucoup de choses à faire. Nous avons dit nous-mêmes que 3 milliards étaient notre ambition», a-t-il reconnu. «Il est clair que nous ne pourrons pas faire cela sans l'aide des Etats membres», a néanmoins souligné le porte-parole.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc