×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Aiglemer: 45 millions de DH pour un nouveau siège

Par L'Economiste | Edition N°:47 Le 01/10/1992 | Partager

Société de transformation de papier et de fabrication d'articles scolaires, Aiglemer adopte une nouvelle politique de communication, marque son identité et se dote d'un nouveau siège.

Aiglemer investit près de 45 millions de DH pour le transfert de son siège social et de ses usines. Les bâtiments seront édifiés sur un terrain de deux hectares situé à Aïn-Sebaâ. Ce transfert, expliquent les dirigeants de la société, permettrait de centraliser l'ensemble des activités. Jusqu'à aujourd'hui le siège social et l'usine de fabrication des cahiers se situent sur la Route d'El Jadida et l'usine de fabrication des cartables à Nouasseur.
Les travaux débuteront, selon les prévisions, début Janvier. Actuellement, 5.000m2 sont déjà utilisés pour le dépôt de papier.
Entreprise semi-publique à l'origine (1958), Aiglemer a été rachetée par le Groupe Zniber en 1985.
A partir de cette date, la société a mis en place un programme d'investissement en vue de développer ses activités. Ainsi, la société a renforcé certains départements tels que celui du papier-imprimerie qui représente près de 40% du chiffre d'affaires de la société.
Dans la foulée, la société a investi par ailleurs environ 50 millions de DH dans l'acquisition de machines allemandes pour la fabrication de cahiers, ainsi que pour le renouvellement de son parc automobile qui est actuellement de 15 véhicules. Pour ce qui est des machines, deux sont destinées à la fabrication proprement dite des cahiers dont la capacité est de 1.200 à 1.300 tonnes par an chacune et une coupeuse de papier avec une capacité de 2.000 tonnes. La capacité de production de la société est passée de 800 tonnes par an au départ à 6.000 tonnes en 1992.
La société Aiglemer, dont l'activité principale est la transformation de papier et la fabrication d'articles scolaires, commercialise plus de 2.000 articles, mais envisage de se délester de certains produits. Cette démarche vise à concentrer les efforts sur une gamme réduite.
Ainsi, les cahiers, crayons, cartables sont commercialisés sous le nom d'Aiglemer. La société lie sa réputation au destin du produit. Le nom de l'entreprise sert donc à authentifier les produits. Toutefois, précisent les dirigeants, "beaucoup de personnes nous confondent encore avec une marque connue de chocolat"! Ainsi, cette politique d'apposer une même marque sur tous les produits présente certains avantages, surtout si le fabricant souhaite maintenir un niveau de qualité constant pour toute la gamme. D'autre part, le coût de lancement sera inférieur, car il n'est pas nécessaire de procéder à une recherche de nom ni de beaucoup investir en publicité.
Outre ces produits, la société commercialise sous la marque Pélican le papier-carbone.
Le chiffre d'affaires prévisionnel pour 1992 est de 200 millions de DH. La rentrée scolaire représente environ 35% de ce chiffre d'affaires. Environ 30 à 40 millions de DH proviennent de l'exportation des cahiers vers le Moyen-Orient, les pays Arabes, l'Afrique Noire. Afin de favoriser cette activité, 0,5% du chiffre d'affaires est consacré à la prospection des marchés étrangers.
Parallèlement à son activité première, à savoir la transformation du papier et la fabrication d'articles scolaires, Aiglemer a, depuis le début de l'année, diversifié son activité par la création d'un département bureautique chargé de la commercialisation des photocopieurs, des machines à calculer. Pour l'année 1993, la société est en cours de négociation pour la commercialisation de fax et de machines à écrire.
Depuis 1992, la société fabrique aussi sous licence les stylos Reynolds, de marque française. Le contrat de licence permet donc à Aiglemer de bénéficier des compétences techniques de la maison-mère.
Par ailleurs, dressant un diagnostic sommaire du secteur, les dirigeants mettent en relief l'action menée par la contrebande et la contrefaçon "qui pertubent énormément la production nationale".
A cela s'ajoute la concurrence qui crée un marché déséquilibré au niveau des prix et de la qualité du papier, importé "sauvagement" de certains pays qui pratiquent des coûts et des prix bas.
Cela sans oublier les problèmes des impayés auxquels se trouve confrontée la société et qui représentent 40 à 60% du chiffre d'affaires. Face à ces problèmes, Aiglemer a adopté une nouvelle politique commer-ciale,"imposée par la force des choses". Selon l'expression des dirigeants, la société "s'érige en banquier. Nous sommes arrivés au point de financer le client".
Enfin, à partir de 1992, Aiglemer a opté pour une nouvelle formule de communication. Cette nouvelle stratégie de communication a pour principaux objectifs de lancer sur le marché la marque des stylos Reynolds et dynamiser les ventes des cartables. Le budget consacré à cette campagne (télévision, presse écrite, prospectus) est estimé à 2 millions de DH. La campagne est étalée sur une période bien précise, à la mi-Juin et à partir du mois de Septembre.

Meriem Oudghiri

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc