×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Economie

    Industrie navale: La stratégie fin prête

    Par Hassan EL ARIF | Edition N°:4765 Le 04/05/2016 | Partager
    4,5 milliards de DH d’investissements à l’horizon 2030
    Pêche, plateforme offshore, navires militaires, démantèlement…
    Une étude réalisée par le cabinet Valyans
    industrie_nval_065.jpg

    Un bateau de plaisance construit par Team Industry (Ph. Bziouat)

    La stratégie dédiée à l’industrie navale commence à se préciser. Le cabinet Valyans a dévoilé, lundi 2 mai, les résultats de son étude commanditée par le ministère de l’Équipement. La restitution a eu lieu avec la participation des seuls départements de l’Équipement et de l’Industrie. «Bien qu’ils soient les premiers concernés et qu’ils construisent les seuls navires montés au Maroc, les professionnels de la pêche n’ont été impliqués à aucune phase de l’étude», s’indigne Kamal Sabri, président de la Chambre des pêches maritimes Nord Atlantique. Outre les armateurs, le ministère de la Pêche n’a pas été non plus invité à la restitution des résultats de l’étude.
    Cela dit, la stratégie du gouvernement vise à renforcer les capacités locales en matière de réparation et de maintenance navales au profit des navires nationaux, mais également de capter une part de marché au niveau régional et à l’international. Après avoir ciblé le démantèlement des avions, le gouvernement veut également développer l’activité de démolition des navires de petit et moyen tonnage, nationaux et en provenance d’Afrique, d’Europe et d’Amérique du Nord. L’objectif étant d’en faire une source importante d’approvisionnement pour la sidérurgie nationale. L’industrie navale ambitionne également de se positionner sur la construction des plateformes de forage en eaux peu profondes, destinées à être exportées sur le marché africain.

    industrie_nvale_065.jpg

    La stratégie dédiée à l’industrie navale, qui vient d’être restituée, se positionne sur la réparation et la maintenance, la construction, le démantèlement des navires et la construction de plateformes offshore

    La stratégie nationale tombe à point nommé pour capter la demande nationale qui s’adresse à l’étranger car les trois chantiers navals sont saturés et connaissent des «problèmes d’exploitation». Selon les estimations de la profession, une centaine de navires sont construits chaque année au Maroc. A cela s’ajoute la maintenance en moyenne d’une trentaine de bateaux par an. La demande nationale est essentiellement portée par les navires de pêche, de la Marine Royale et de servitude.
    Il s’agit également d’ériger le Maroc en hub pour la construction de navires pouvant aller jusqu’à 120 m. La stratégie ratisse large puisqu’elle se positionne également sur des petits bateaux, des navires de plaisance, de bateaux militaires aussi bien pour les besoins du Maroc que pour l’Afrique de l’Ouest…
    Le cabinet estime à 4,5 milliards de DH les besoins en financement pour l’industrie navale à l’horizon 2030. L’investissement devra être réalisé par l’Etat, l’Agence nationale des ports et les professionnels dans le cadre du partenariat public-privé. Pour l’heure, les infrastructures existantes se concentrent naturellement sur Casablanca, Agadir et Tan Tan. L’enjeu actuel est de se déployer sur de nouveaux sites, tels que Jorf Lasfar, Safi Ville, Nador West Med, Kenitra Altantique et Dakhla Atlantique.
    Aujourd’hui, l’industrie navale intervient dans un contexte marqué par la forte concurrence au niveau international du fait de la surcapacité des chantiers navals et du changement de leur modèle économique avec une tendance à la consolidation en réseaux.
    Outre la stratégie, le gouvernement a déjà introduit dans le circuit d’adoption un projet de loi sur la construction navale. Parmi ses principales innovations, l’obligation d’obtenir une autorisation avant de construire un navire de pêche. De nombreux bateaux ont été construits de manière clandestine. Par conséquent, conformément à la loi, ils devraient être démolis et le projet de texte encadre la procédure.

    Le nouveau chantier naval en construction

    Les travaux de construction du nouveau chantier naval ont été lancés au niveau du quartier des Roches Noires à Casablanca il y a un peu moins d’une année. L’infrastructure portuaire rentre dans le cadre des projets financés par le fonds Wessal dans la métropole économique. Le projet devrait être achevé après deux ans. Ce qui permettra le transfert de l’actuel chantier naval situé près de la gare Casa-Port.

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc