×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Une bonne production pour les céréales

Par L'Economiste | Edition N°:4478 Le 09/03/2015 | Partager
1,107 milliard de tonnes pour la campagne 2014/2015
L’indice FAO des prix alimentaires poursuit son déclin
Les cours restent déconnectés de la hausse du dollar

L’Indice FAO des prix alimentaires de février a touché son plus bas en 55 mois. La chute des cours des céréales, de la viande et, en particulier, du sucre a largement compensé le renchérissement du lait et de l’huile de palme

La FAO a de nouveau relevé la production céréalière mondiale de 2014, qui s’établit désormais à 2,542 milliards de tonnes (soit 20 millions de tonnes de plus qu’en 2013). Cet accroissement tient essentiellement aux gains de production de blé enregistrés en Argentine, en Asie centrale et en Europe.
Pour l’hémisphère Nord, la FAO estime la production de l’année à 720 millions de tonnes, soit 1% de moins que le record de 2014.  Ce qui laisse espérer des rendements normaux dans l’Union européenne et en Asie centrale.
A l’échelle mondiale, 1,107 milliard de tonnes de céréales devraient être utilisées pour l’alimentation, soit une légère progression de la consommation moyenne par habitant à 153,3 kilos. Les prévisions des stocks céréaliers mondiaux à la clôture des campagnes agricoles de 2014/15 ont été relevées d’environ 8 millions de tonnes depuis février. Elles atteindraient le niveau le plus élevé des 15 dernières années, soit 631 millions de tonnes. Cette révision s’explique en partie par une correction des estimations des stocks en Chine et en Ukraine.
Au Maroc, la collecte cumulée des céréales, constituée à 98,2% de blé tendre, a atteint 1,35 million de tonnes à fin novembre 2014, selon l’Office national interprofessionnel des céréales et des légumineuses (ONICL).
L’Indice FAO des prix alimentaires de février a touché son plus bas en 55 mois. Il avoisinait les 179,4 points en février, contre 181,2 points en janvier et 208,6 points en février 2014. «Sa chute persistante (au plus bas niveau depuis juillet 2010) reflète les bonnes conditions de l’offre et la faiblesse de nombreuses devises face au dollar, qui semble destinée à se poursuivre», a expliqué Michael Griffin, expert FAO. «Il faut signaler avant tout les perspectives favorables de la production d’un certain nombre de cultures en 2015. Et les stocks importants de la plupart des céréales», ajoute-t-il.
L’indice FAO des prix des produits alimentaires est un indice pondéré qui mesure la variation mensuelle de cinq catégories principales de denrées alimentaires sur les marchés internationaux: céréales, viande, produits laitiers, huiles végétales et sucre. Si le blé et le sucre sont en baisse, le lait en poudre et l’huile de palme sont en hausse.

Fatim-Zahra TOHRY

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc