×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

La BCE s’active pour sauver la croissance

Par L'Economiste | Edition N°:4478 Le 09/03/2015 | Partager
1.140 milliard d’euros d’achat des actifs jusqu’en septembre 2016
L’opération devrait soutenir les crédits, l’investissement et…la croissance

Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne ne cache pas son optimisme quant à la réussite de son programme qui vise de relancer la croissance

A partir de ce lundi 9 mars, la Banque centrale européenne entamera sa grande opération de rachats d’actifs. L’institution prévoit d’injecter de 1.140 milliard d'euros d'ici septembre 2016 pour racheter les créances. A partir d’aujourd’hui jusqu’en septembre, la BCE mettra chaque mois 50 milliards d’euros pour acquérir des obligations souveraines de la zone euro et 10 milliards de titres privés. L’échéance de septembre 2016 n’est toutefois pas une date butoir. Le programme sera prolongé «au-delà si besoin», a expliqué Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne et architecte de cette nouvelle orientation. Seulement, au-delà, elle pourrait commencer à discuter d’une normalisation de son taux d’intérêt. Pour le moment, elle maintient son principal taux directeur à 0,05 %, ce qui a donné une vraie bouffée d’oxygène aux économies de la zone euro.
Appelé «programme assouplissement quantitatif», ou Q.E de son acronyme anglo-saxon, l’opération a contribué à atténuer les hausses enregistrées de l’euro attribuées à l’effet de l’annonce de l’intervention de la BCE. Les révisions à la hausse des prévisions de croissance avaient «gonflé» l’euro, qui, après peu de temps a perdu en valeur face aux principales devises.  La monnaie européenne se rapproche de la parité avec le dollar après être tombé en dessous de 1,10 dollars, soit le niveau le plus bas depuis début septembre 2003. Cela représente un avantage concurrentiel considérable pour les exportateurs européens.
A long terme, le programme en janvier vise de déjouer la menace déflationniste pesant sur l’Europe en relançant le crédit et l’activité.
Mario Draghi, le président de la Banque a  indiqué que son institution est prête à acheter des obligations souveraines à taux négatif, mais pas au-delà du taux qu'elle applique aux dépôts des banques chez elle (-0,2%). Elle acquerra par ailleurs des obligations émises par des institutions internationales et supranationales telles que l'Union européenne, ou encore la Banque européenne d'investissement par exemple, si les titres émis par les Etats membres de la zone euro venaient à manquer.
L’institution ne cache pas son optimiste quant aux retombées de son programme. La BCE, ainsi que d’autres institutions financières,  ont sensiblement relevé les projections économiques pour la période de 2015 à 2017. Selon ses estimations, la croissance doit se hisser progressivement de 0,9 % en 2014, à 1,5 % cette année dans la zone euro, contre 1 % prévu en décembre. Elle atteindrait 1,9 % en 2016 et 2,1 % en 2017, soit un record depuis 10 ans !
M.L.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc