×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Competences & rh

Stratégie/Sinistralité routière
Les patrons, encore peu sensibilisés

Par L'Economiste | Edition N°:4178 Le 24/12/2013 | Partager
Faire appel à des experts, collaborer avec les assurances,... les pistes
Veofleet, un portail internet conçu pour gérer le risque routier professionnel

Serge Constantin, DG d’Ideomap, insiste sur la nécessité qu’une entreprise adopte une stratégie axée sur la gestion du risque routier. Pour raison, celui-ci coûte cher à l’entreprise en matière de dégâts et il est la première cause de mortalité dans l’entreprise

- L’Economiste: Les entreprises marocaines sont-elles conscientes de la gestion de la sinistralité routière?
- Serge Constantin, DG d’Ideomap: Les filiales étrangères installées au Maroc sont les premières entreprises qui recourent à l’adoption d’un système de management qui prend en considération la sinistralité routière. Cela relève du cadre réglementaire de la société mère et si ce n’est pas le cas, le responsable risque de perdre son poste en cas de non application. Néanmoins, les entreprises marocaines commencent à devenir de plus en plus vigilantes vis-à-vis de ce phénomène. Elles font appel à des conseillers afin de réduire le coût causé par les accidents de la route lors de l’accomplissement des missions ou de déplacement sur le trajet du travail.

- Comment pallier ce phénomène coûteux autant pour l’entreprise que pour l’Etat?
- Le Maroc devrait adopter une politique nationale renforçant le développement de la prévention du risque routier en entreprise. Celle-ci permettrait d’obtenir en quelques années une baisse sensible de la sinistralité routière. Actuellement, le pays conduit plusieurs actions afin de sensibiliser le citoyen au danger des accidents de la route. Toutefois, ces actions doivent être menées en ciblant l’entreprise, étant donné que l’effectif est beaucoup plus réduit. Par ailleurs, en collaboration avec les compagnies d’assurances, le résultat sera plus important. Il est vrai qu’aujourd’hui celles-ci mènent des actions en ce sens. Néanmoins, elles révèlent un déficit important chez les chefs d’entreprises en termes d’information sur le risque routier (méconnaissance complète du risque, aucune donnée dans l’entreprise, idées préconçues contre-productives,…)

- Comment accompagner les entreprises afin de mettre en place un système de gestion de risque? 
- L’entreprise peut recourir à des experts en matière de stratégie de gestion de risque routier. Nous disposons d’un outil, Veofleet, qui est un portail web de gestion du risque routier professionnel. Celui-ci offre aux entreprises le moyen de mieux cerner et maîtriser leurs objectifs de réduction de la sinistralité. Il s’agit d’un ensemble de modules métiers avec des contenus utiles aux divers acteurs internes et externes de l’entreprise. C’est un plan de prévention animé  afin de gérer la sinistralité. Veofleet est présenté sous forme de deux offres différentes selon la stratégie adoptée par l’entreprise. Veofleet Start permet à l’entreprise de disposer d’une base de données tout en accédant à des articles de prévention et modules pédagogiques de base. Par ailleurs, chaque trimestre, elle reçoit un bulletin de prévention. Veofleet Premium permet d’assurer la continuité de la gestion préventive du risque routier.

Propos recueillis par
Rajaa DRISSI ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc