×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Culture

Offensive culturelle du Royaume-Uni au Maroc

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5647 Le 04/12/2019 | Partager
L’opéra national du Pays de Galles au Théâtre national Mohammed V ce 5 décembre
Rapprocher les cultures marocaines et britanniques
lambassadeur-du-royaume-uni-047.jpg

L’ambassadeur du Royaume-Uni et son épouse sur le tapis rouge lors de l’ouverture officielle de la 18e édition du Festival international du film de Marrakech (Ph. Bziouat)

Pour les Britanniques, le Maroc est perçu comme un pays «exotique» où on vient passer des vacances et pas forcément comme un pays d’investissement. Les Marocains, de leur côté, perçoivent la Grande-Bretagne comme un pays froid, brumeux, où tout le monde est habillé en chapeau melon et bottes de cuir!!! C’est contre ces clichés consommés que se bat Thomas Reilly, l’ambassadeur de Grande-Bretagne au Maroc.

«Aujourd’hui, la diplomatie ne se pratique plus uniquement dans les bureaux des ministères des Affaires étrangères. Elle se fait également au niveau culturel, sportif, social, militaire, politique et économique, c’est ce qui construit une vraie relation bilatérale», précise-t-il. En arrivant au Maroc, l’ambassadeur constate très vite que la présence britannique au Maroc était très faible concernant la présence politique, commerciale, mais surtout culturelle.

«Nous étions quasiment absent, j’ai commencé à faire venir des chefs britanniques, des équipes sportifs, des académiciens… puis j’ai fait venir, en mars dernier, le London community gospel choir, qui a eu un triomphe extraordinaire», ajoute Reilly. Encouragé par ce succès, l’ambassade britannique monte d’un cran et propose l’opéra national du Pays de Galles.

wno-047.jpg

Le Welsh national opera (WNO) est considéré comme la troisième plus importante formation du pays. Le concert aura lieu jeudi 5 décembre au Théâtre national Mohammed V à partir de 19h30. L’orchestre de 95 personnes comprendra également les meilleurs artistes internationaux de la compagnie. L’ancien directeur musical et chef lauréat, Carlo Rizzi, la soprano Mary Elizabeth Williams et le ténor Gwyn Hughes Jones. Tous ont déjà travaillé au Royal Opera House de Londres, au Metropolitan Opera House de New York et à La Scala de Milan, pour ne citer que quelques-uns des nombreux opéras internationaux.

L’un des engagements de WNO étant de rendre l’art accessible à tous, les membres de l’orchestre offriront un cours de musique dans une école primaire publique marocaine et inviteront les écoliers à assister à la répétition de leur concert.

Et ce n’est qu’un début, promet Reilly: «Nous sommes en train de préparer tout un programme d’échanges culturels et sportifs pour mettre en valeur la culture britannique au Maroc et pour présenter la culture marocaine au Royaume-Uni». L’ambassade envisage en effet d’emmener la collection des bronzes de Volubilis (parmi les plus exceptionnelles collections de bronze antique du monde méditerranéen). Celle-ci sera exposée à l’université de Cambridge.

Objectif de l’offensive: renouer avec les relations historiques qu’entretenaient les deux royaumes. «Nous avons des documents manuscrits qui attestent de traités internationaux entre le Maroc et le Royaume-Uni qui datent de 1727», conclut l’ambassadeur.

Amine BOUSHABA

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc