×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    L'impôt trop concentré, selon le CESE

    Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5492 Le 10/04/2019 | Partager
    Une poignée de contribuables s'acquitte de l'IR et de l'IS
    Taxation du secteur agricole et rééquilibrage de l'IR par rapport aux professions libérales
    Il faut une meilleure information sur les catégories qui paient l'impôt
    ca_declare_092.jpg

    387 entreprises déclarent 50% du chiffre d'affaires. Les statistiques relèvent aussi que 11,54% d’entreprises qui déclarent représente 95% du  chiffre d'affaires total

    Une fiscalité qui réduit les niches de rente et régule la spéculation, une fiscalité qui encourage le secteur productif et l'investissement, une fiscalité qui  réduit le champ de l’informel…. Le Conseil économique social et environnemental (CESE) qui  vient de rendre public son nouveau rapport (voir aussi L'Economiste du 9 avril), émet une série de  recommandations.

    A quelques semaines des assises fiscales, il propose sept axes pour la réforme dont la lutte contre la spéculation ainsi qu'une  juste répartition de la charge de l'impôt et l’appui au pouvoir d’achat des classes pauvre et moyenne. Cela pourrait passer par la fiscalisation du secteur agricole, notamment les exploitations d’une certaine taille (ce secteur est partiellement fiscalisé) ainsi qu'un rééquilibrage de la charge de l’IR par rapport à tous ceux  qui ont des revenus autres que les salaires.

    Autre proposition, l’alliage de la fiscalisation et de la généralisation de la couverture sociale par le rapprochement de leur  base de calcul ainsi qu'un meilleur accès public à l’information concernant la répartition des impôts payés par les différentes catégories socioprofessionnelles.

    Pour éviter l'érosion du pouvoir d'achat des classes moyennes, il est proposé l’indexation des tranches d’IR sur l’inflation. Ces mesures  atténueraient le sentiment d’injustice et pourraient également améliorer la perception d’égalité devant l’impôt, assure le CESE.

    La pression fiscale est forte, 21,15%, estime le Conseil. Un taux qui ne reflète pas la réalité puisque le PIB intègre l’agriculture, un secteur défiscalisé. En excluant l'agriculture la pression fiscale serait au-delà de 24%. Même le Conseil économique et social note que le calcul de la pression fiscale ne couvre que le

    concentration_impot_092.jpg

    A peine 73 entreprises assurent 50% des recettes de l'IS et 126 collecteurs de 50% de l'IR sur les salaires retenus à la source. Au total, 280.000 entreprises sont immatriculées au fisc

    recettes fiscales, et non l’ensemble des prélèvements obligatoires. Une analyse prenant en compte d’un côté les recettes fiscales, et de l’autre côté les prélèvements fiscaux et sociaux, permettrait de mieux apprécier le poids de ces prélèvements.
    Le système fiscal se caractérise par le phénomène de concentration sur une poignée de contribuables (voir aussi L'Economiste n° 5490 du  8/04/2019).

      Les statistiques de la Direction générale des impôts relèvent que 387 sociétés (0,16% des entreprises déclarantes) déclarent 50% du chiffre d'affaires, 11,54% représentent 95% du chiffre d'affaires total déclaré avec une forte pondération de l'OCP et des banques.

    Les contributeurs à l'IS ne sont pas non plus nombreux: 73 entreprises (0,06% des organisations) assurent 50% de l'IS. Ce constat sur la concentration de l'impôt est «alourdi par l’évasion fiscale» qui continue à être à des niveaux élevés.  Pour le CESE, une analyse différenciée et approfondie de sa relation avec le pouvoir d’achat, la couverture sociale, et plus globalement la réalité sociale, et la nature de ses causes doit être menée.

    Le tout en accordant un traitement différencié à l’évasion fiscale pour des raisons de préservation du pouvoir d’achat de celle qui  relève de la volonté de s’enrichir en s’extrayant à ses obligations et/ou en contournant le droit fiscal.

    «La fuite des capitaux, le blanchiment d’argent, les transactions commerciales qui aboutissent directement à des paiements à l’étranger, la corruption endémique, sont autant d’éléments qui font que le contribuable moyen justifie voire légitime sa volonté de corriger ce qu’il considère comme profondément injuste», soulignent les auteurs du rapport.

    K.M.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc