×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Potentats

Par L'Economiste| Edition N°:1812 Le 15/07/2004 | Partager

Combien y a-t-il à travers le pays d’équipements publics construits à grands frais, inaugurés à grand train et qui ont été immédiatement fermés? Personne ne le sait, et qui pourrait le savoir puisque nul ne se soucie guère plus du service au public?Dans les années 90, une poignée de grands serviteurs de l’Etat avaient réussi à installer l’idée du service au public. Ils avaient réussi à inverser le processus de la gestion étatique: elle devait servir le public, rendre compte de l’utilisation de l’argent public dans les équipements du même nom. Le mot n’existait pas encore, mais c’était de la bonne gouvernance.Que reste-t-il de cet ancien progrès dans le respect des électeurs et des contribuables? Et le plus terrible, c’est que c’est au niveau local que les pertes sont les plus graves, là où en principe, la démocratie peut exercer le contrôle le plus direct. Le grand stade de Fès n’est malheureusement qu’un cas parmi d’autres. On finance, on construit, on inaugure… et puis, plus rien. Les voisins, tous les jours, observent ces équipements fermés. Ils imaginent combien cela a pu leur coûter. Pendant ce temps, leurs enfants s’ennuient dans la rue, sujets à toutes les tentations. L’Etat et les collectivités locales ont-ils seulement une idée du discrédit que ceci jette sur leur action? Quand on fouille un peu dans cette gabegie qui se moque ouvertement des gens, que découvre-t-on? Que les centaines de millions dépensés ne servent à personne, car il y a un conflit de gardiennage, une histoire de robinet, une affaire de préséance… Un rien du tout qui est suffisamment important aux yeux d’un élu ou d’un fonctionnaire pour qu’il prive ses concitoyens du service auquel ils ont droit et pour lequel ils ont payé! Ces petits potentats de la procédure ruinent la crédibilité de l’Etat et de la démocratie. Ils préparent de manière consciencieuse et déterminée, le lit de toutes des dérives.Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc