×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

«Mao-Spontex»

Par L'Economiste| Edition N°:1905 Le 29/11/2004 | Partager

Peut-on être victime de son propre succès? Oui, cela arrive et c’est en train d’arriver au secteur touristique. Parce qu’il a une vision à long terme, une programmation… il parvient à traverser des crises sévères sans perdre le cap. Les gens savent où ils vont. Les chaos du chemin ne les perturbent plus outre mesure. Mais alors tout va pour le mieux.Oui, les touristes viennent malgré la sale image de terrorisme qui colle à la peau marocaine! Oui, les congrès grands et petits s’enchaînent! Oui, les constructions soutiennent le marché du ciment presque autant que l’énorme projet de logements sociaux.Et alors, que faut-il de plus? Il faut trois fois rien et beaucoup, justement. Un mouvement a été créé à partir de quelques idées très simples; il a été ordonné autour d’une vision, qui a transformé la mentalité et le comportement de tout le Maroc vis-à-vis du vecteur touristique. C’est une alchimie qui s’est ainsi créée, puissante et délicate à la fois. Pour des raisons politiques (qui peut-être aujourd’hui n’existent plus?), on n’a pas créé d’instance de dynamique et de régulation. Sans elle, il peut se passer, il se passe n’importe quoi n’importe où et pendant ce temps, on oublie qu’il faut continuer à penser à long terme.Ce qui veut dire que la vision n’a pas de gardien du temple ni d’autre moteur que les multiples bonnes volontés. C’est plus fort que le libéralisme sauvage: cela ressemble à une sorte de «maoïsme spontané» surgi des années 1960. L’idée c’était que tout le monde partout, tout le temps, est maoïste spontanément. Il suffit de laisser libre cours à tout. Les observateurs avaient surnommé ce mouvement stupide le «Mao-Spontex», comme la célèbre éponge qui absorbait tout et n’importe quoi. Mais attention, le mouvement «Mao-Spontex» qui soutenait, entre autres bêtises, que la sidérurgie était aussi simple que de cuire du pain à la maison, a fait faire un bond en arrière de trente ans à la Chine… plus 80 ou 100 millions de morts! Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc