×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:657 Le 10/12/1999 | Partager

La stratégie du lièvre a fonctionné: en attirant en grande pompe l'un des leaders mondiaux du tourisme comme Accor, l'effet d'annonce a provoqué l'intérêt de ses concurrents.
L'année 1999 restera comme l'année des records d'intentions d'investissements dans le domaine. Le Maroc revient dans le peloton des pays honorables dans leur stratégie touristique et ce, malgré l'énorme point noir que représente la lenteur du traitement judiciaire des créances du CIH dans ce domaine.
L'accélération des intentions d'investissements dans le tourisme est patente. Cette accélération révèle néanmoins les dysfonctionnements. L'investissement touristique ne va pas sans son assise foncière: pas d'hôtel, pas de piscine, pas d'espaces de loisirs sans terrain. Mais c'est là que l'intention politique qui avait correctement fonctionné dans la stratégie du lièvre rencontre maintenant des obstacles sérieux.

Deux ans de négociations et d'aller-retour avec une collection d'administrations qui ne savent pas accorder leurs violons, c'est beaucoup trop. Eaux et Forêts, Domaines, Habous, Communes, Préfectures, Equipement...
La liste des propriétaires publics de terrains publics est fort longue. Chacun à sa procédure, laquelle souffre d'exceptions multiples et variées mais surtout opaques. Chacun a ses intérêts, lesquels ne sont surtout pas ceux de l'Etat pris dans sa globalité.
Chacun tient par dessus tout à son «exception culturelle», laquelle a comme résultat le plus sûr de faire savoir au monde entier que le Maroc est sans doute le plus beau pays pour y imaginer hôtels et autres parcs d'attractions, mais que c'est le dernier endroit où il faut faire la folie d'investir. Personne n'a assez de capital-temps pour y réussir.

Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse abonnement@leconomiste.com pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc