×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Venezuela: Chavez toujours contesté

Par L'Economiste | Edition N°:1836 Le 19/08/2004 | Partager

. Audit sur les résultats du référendum SANS enthousiasme, les Etats-Unis ont donné leur quitus aux résultats du référendum au Venezuela, un pays qui continue à leur destiner 85% de ses exportations de pétrole.Washington «reconnaît les résultats préliminaires du référendum et note qu'ils montrent que le président Chavez a reçu le soutien d'une majorité des électeurs», a déclaré le porte-parole adjoint du ministère américain des Affaires étrangères, Adam Ereli. Une validation de surface car l'opposition vénézuélienne, lâchée mardi dernier par Washington ainsi que par le patronat vénézuélien, demande une enquête.Pour prouver à l'opposition qu'il n'y a pas eu de fraude électorale, l'ancien président américain Jimmy Carter a annoncé à Caracas que les autorités vénézuéliennes allaient organiser dans les deux jours un audit du référendum sur la révocation du mandat du président Hugo Chavez.«Les résultats de cet audit devraient donner une réponse aux inquiétudes de l'opposition», a expliqué le Prix Nobel de la paix lors d'une conférence de presse.Comme le patronat, l'opposition qui, dès l'annonce des résultats donnant la victoire au président Chavez, avait dénoncé «les fraudes électorales», exigeait le dépouillement et le décompte des scrutins sur papier pour comparer les résultats avec ceux des votes automatiques.La victoire du président Chavez, avait déjà été validée lundi dernier à Caracas par l'Organisation des Etats américains (OEA) et par Jimmy Carter.Et pour couronner l'ensemble, la principale organisation patronale du Venezuela, qui a toujours été un membre actif de l'opposition, a aussi reconnu la victoire du chef de l'Etat.L'opposition, quant à elle, estime que les observateurs internationaux seront obligés de changer d'avis lorsqu'ils auront pris connaissance des fraudes électorales. «Les démocrates vont fournir aux organisations internationales des preuves claires et incontournables qui les contraindront à demander à nos côtés la révision du vote», a affirmé le principal responsable de l'opposition Enrique Mendoza.L'annonce lundi dernier par Jimmy Carter de la victoire de Chavez a porté un coup fatal à l'opposition dès la proclamation des résultats du vote: 58,25% voix pour le «non» à la révocation du mandat d'Hugo Chavez contre 41,74% pour le «oui».Synthèse L'Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc