×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Un monde fou

Par L'Economiste | Edition N°:2170 Le 13/12/2005 | Partager

■ Sautes d’humeur éléphantesques A moitié immergé dans le lac Ihema dans l’est du Rwanda, Mutware, un éléphant âgé de 37 ans, semble placide. Pourtant, ses agressions répétées contre des visiteurs du parc ont conduit les Etats-Unis à émettre un message d’alerte destiné aux touristes américains. Mutware, surnommé “le chef”, a attaqué au moins trois véhicules de touristes ces derniers mois, terrorisant leurs occupants, dans le parc national d’Akagera, situé dans l’est de ce pays d’Afrique centrale. Cela a conduit l’ambassade américaine à Kigali à émettre en avril un message d’alerte, toujours en vigueur, concernant le pachyderme. L’ambassade “a prévenu de cette alerte l’Office du tourisme et des parcs nationaux rwandais et lui a fait savoir son inquiétude sur ces incidents”, tout en conseillant “aux touristes américains d’être très prudents” dans le parc. Mais des gardes du parc ont pris la défense de l’éléphant, affirmant que ses accès d’humeur ont plus à voir avec sa solitude et son incapacité à trouver une femelle plutôt qu’à une haine à l’égard des humains et de leurs véhicules. Depuis qu’il a endommagé ses défenses dans un combat avec d’autres mâles, l’éléphant a désormais un handicap majeur pour trouver une compagne, confie Boniface Zakamwita, 54 ans, l’un des plus anciens gardes du parc et apparemment le seul homme à pouvoir calmer Mutware.■ Tom Cruise au top des “plus inutiles”Tom Cruise et sa fiancée Katie Holmes ont l’honneur douteux de figurer en tête du classement corrosif des personnalités “les plus inutiles” de Hollywood, dévoilé le 9 décembre par un site Internet américain spécialisé dans le cinéma. “Filmthreat” qui se flatte de dire “la vérité dans le monde du divertissement”, dit avoir élaboré son “Frigid 50” en réaction à la multiplication des classements des personnes les plus puissantes de Hollywood, rituels en cette fin d’année dans les magazines de cinéma. Le site épingle Cruise pour son comportement lors de la promotion de “La guerre des mondes”, tellement bizarre qu’il a “fait de l’ombre” à la superproduction de Spielberg, entre controverses sur la scientologie et la romance surmédiatisée de l’acteur avec sa nouvelle petite amie Katie Holmes. “Filmthreat” tire aussi à boulets rouge sur Jennifer Lopez pour ses “tentatives de chanter”, Sylvester Stallone, bientôt 60 ans, pour sa décision de tourner un sixième “Rocky” et Russell Crowe “qui semble avoir passé plus de temps avec des menottes aux mains qu’à l’écran”, référence à ses récents ennuis judiciaires et à l’échec de son dernier film.■ Ligne d’urgence pour dénoncer les terroristesLe ministre irakien de l’Intérieur s’est plaint dimanche 11 décembre d’avoir appelé plusieurs fois la ligne d’urgence, mise en place pour permettre aux citoyens de dénoncer des terroristes, qui sonnait dans le vide. Il a indiqué avoir ordonné l’ouverture d’une enquête dans cette affaire. Son ministère avait mis en place ce numéro spécial, le 130, pour permettre aux Irakiens d’alerter les services de sécurité sur les hommes armés et les projets d’attentats terroristes, sans avoir à dévoiler leur identité. Même la télévision d’Etat, Al-Iraqia, passait des spots mettant en scène une tentative d’enlèvement qui échoue grâce à la bonne conscience d’un témoin qui appelle la ligne d’urgen-ce.■ Le Père Noël licenciéLe père Noël était trop gentil. Un acteur britannique, Alan Seymour, a été contraint d’abandonner sa prestation de Père Noël parce qu’il passait trop de temps à parler à chaque enfant, selon le Daily Mirror. Chaque entretien ne devait pas dépasser 30 secondes, a indiqué la société Promoters Dreamtime Events, précisant que l’acteur, âgé de 57 ans, “prenait 10 minutes par famille. Les gens auraient préféré que ce soit court plutôt que de passer des heures à faire la queue”. Les entretiens avaient lieu à Earl’s Court, dans le centre de Londres. Chacun d’entre eux coûtait aux familles 17,50 livres (30,70 dollars).■ Les gouines à motos  Un club de motardes lesbiennes de San Francisco a obtenu le droit de se faire appeler “les gouines à motos”, a indiqué le 9 décembre un organisme américain chargé d’enregistrer les dépôts de nom et les brevets. La première réaction avait été de refuser parce que le terme gouines semblait désobligeant. Mais de nombreuses preuves ont été fournies disant que tel n’était pas le cas dans la communauté lesbienne, a indiqué à l’AFP Brigid Quinn, membre de l’organisme officiel. Le club de lesbiennes, qui a obtenu la reconnaissance du nom “Les gouines à motos”, ouvre toutes les Gay Pride de San Francisco depuis une trentaine d’années.■ Interdiction de mourir Le maire de Biritiba Mirim, dans la banlieue de Sao Paulo, a décrété une “interdiction de mourir” dans cette commune jusqu’à nouvel ordre, faute de place dans le cimetière municipal. Un “projet de loi” en ce sens va être examiné par l’Assemblée municipale, a indiqué jeudi son adjoint, André José Barros. “Interdiction de mourir à Biritiba Mirim” est le titre du site Web de la Mairie. “Les contrevenants seront sanctionnés pour leurs actes. La mesure restera en vigueur jusqu’à la construction du nouveau cimetière” et “les citoyens devront veiller à leur santé afin de ne pas mourir”, stipule le texte du “projet de loi”. Dans un message à l’Assemblée municipale, le maire, Roberto Pereira da Silva, reconnaît que “ce projet peut paraître absurde”. “Mais que ce qui est encore plus absurde, c’est la Résolution 335/03 du Conseil national de l’environnement qui nous interdit de construire un nouveau cimetière dans la ville”. Le maire prévient ses conseillers municipaux que “la situation est catastrophique”. “Les familles de la commune n’ont plus où enterrer leurs morts, toutes les ressources possibles ont été épuisées: récupération des tombes abandonnées, ouverture de nouvelles tombes dans les allées du cimetière, agrandissement grâce à des terrains proches, mais tout cela n’est pas suffisant”, conclut le maire.(AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc