×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Royal Air Maroc: Les fondements de la réorganisation

Par L'Economiste | Edition N°:60 Le 31/12/1992 | Partager

Royal Air Maroc reformule son organigramme en fonction des contraintes d'un marché traversé par les turbulences de la récession mondiale, de l'unité européenne, de l'émergence de segments nouveaux. Une structure en directoire émerge au niveau de la Direction de la compagnie.

TOUS les Mardis, à 9h30 tapantes le quatuor Benbrahim-Layt-Bekkari Hammayed se réunira, avec M. Mekouar, P.D.G, de Royal Air Maroc, pour décider du fonctionnement de la compagnie. Une semaine sur deux, ce comité de Direction Générale, sera rejoint par un aréopage plus élargi d'autres directeurs, fraîchement nommés.
C'est un "véritable directoire", un "management consensuel ", explique M. Mekouar, lors de la présentation du nouvel organigramme de la compagnie.
La relève de l'ancien directeur général, Saïd Ben Ali Al Yaala est ainsi conçue. Elle pourrait constituer un précèdent dans une époque marquée par les mises à la retraite, dans les grands organismes publics. L'objectif de cette "révolution intérieure" est d'adapter la compagnie à un marché aéronautique en proie à la récession internationale, à des "turbulences ", pour reprendre une expression de navigation aérienne. Plus encore, la compagnie vise à s'adapter à chaque '`segment de clientèle". Le marché devient le souci principal. Une "démarche marketing" qui traduit peut-être une maîtrise des fonctions exploitation et technique, désormais acquise. C'est encore une attitude très actuelle pour un organisme para-public.

Il n'est plus question de se cacher derrière un monopole, une protection étatique, mais d'écouler ses produits dans des conditions de rentabilité de compétitivité internationale. Royal Air Maroc a suspendu la ligne du Brésil. Elle se concentre en revanche sur les marchés porteurs. Ceux de l'Europe du Sud, Espagne et Italie, émetteurs de touristes, ont été identifiés comme stratégiques, mais aussi le Moyen Orient, pour le pèlerinage (23.610 passagers) et l'Omra (11.900 passagers) qui atteignent des niveaux records. Le trafic "ethnique" constitue un autre "segment" porteur La refonte du produit Atlas permettra d'offrir aux R.M.E. une "qualité de service nouvelle".
Un autre segment nouveau est constitué par les Marocains désormais bénéficiaires d'une dotation devises de 5.OOODH. Tous ces produits doivent être compétitifs grâce à des efforts sur les coûts. Marrakech et Agadir vont devenir de nouvelles bases avions, pour diminuer les frais d'approche. "Royal Air Maroc s'est préparée à la concurrence agressive, par la baisse des coûts, explique M. Mekouar. Même si le Maroc n'appartient pas à l'espace unique européen ouvert, il est impensable qu'il reste fermé" .

Comme gage de compétitivité, RAM promet un quasi alignement des prix de l'avion sur ceux du train, pour la traversée de l'Europe, vers le Maroc.
C'est pourquoi la réorganisation du staff de la compagnie a été conçue en fonction des marchés, des produits, d'un "cycle complet d'opération".
C'est cette logique qui sous-tend le "job description" des 4 directions "centrales", niveau hiérarchique nouvellement créé:
- la Direction Centrale Commerciale, confiée à M. N. E. Layt, est responsable de la "chaîne des services", au passager et au fret, de la conception du produit, à son élaboration, à sa vente, et sa communication,
- la Direction Centrale, Exploitation dirigée par M. C. Bekkari, est responsable de l'avion en sol, en vol, de sa régularité, de sa sécurité, de sa ponctualité,
- la Direction Centrale Technique, à la charge de R. Hamayed El Mili, veille à la "chaîne de l'entretien de l'avion au sol" et au Centre de formation de la compagnie.

Ces 3 Directions Centrales opérationnelles assument la "production" de la compagnie. Elles sont renforcées par une 4éme Direction Centrale fonctionnelle, pour la "Stratégie et la Planification", confiée à M. H. Ben Brahim. La "logistique`' est curieusement assurée par les Directions Administratives et Sociales (M. Benchekroun), Financières (M. Melhaoui) et des Affaires générales (M. Tahiri). Contrairement aux industries ou aux armées, elle ne tournait pas des biens, mais des services, aux fonctions techniques et commerciales en première ligne.
Quatre nouvelles Directions sont créées pour étoffer les fonctions techniques confiées à des cadres par promotion: pour la Maintenance avions (M. Bellatig), le Personnel Navigant (Cd. M. Aboulfawz), les opérations aériennes (Cd. A. Sebti), l'organisation et système d'informations (M. Jai Hokmi) . La réorganisation se poursuivra, au niveau des départements, sur la base des nouvelles grilles d'évaluation de postes et de rémunération, mises en place. 

K.B.




  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc