×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Entreprises

Radio FM négocie son transfert à Aïn-Chock

Par L'Economiste | Edition N°:255 Le 21/11/1996 | Partager

Concédée par la RTM en 1987, la station Radio FM vient de fêter son neuvième anniversaire. La station souffre d'un manque de moyens. Ses responsables affirment avoir réussi le pari. "Radio FM a acquis ses lettres de noblesse".


RADIO Foire Internationale de Casablanca (FIC), plus connue sous le nom de Radio FM, envisage de déménager de la Foire de Casablanca où elle est installée depuis neuf ans. Ses responsables prévoient en effet la construction d'une station moderne logée à la nouvelle Foire de Casablanca qui sera implantée à Nouasser et dont les travaux devraient démarrer d'ici deux ans.
En attendant, l'équipe de M. Abdelkader Berbache, directeur général de l'Office International de la Foire de Casablanca (OFEC) est en train de négocier un éventuel transfert de Radio FM dans les locaux de la RTM Aïn-Chok, qui dispose de quatre studios équipés.
"Nous sommes desservis par la pollution qui porte atteinte à la qualité d'écoute et d'émission", déplore M. Berbache.

Sponsoring

La station vit uniquement de la publicité qui est exclusivement régie par l'agence New Publicité. Ses recettes publicitaires avoisinent les 800.000 DH annuellement. Une somme qualifiée de maigre par M. Berbache. Pour augmenter ses ressources, les responsables de la station songent au sponsoring.
"Pour l'heure, l'ensemble des recettes de Radio FM assure à peine les salaires du personnel (près de 20 personnes) de la station et les frais d'entretien du matériel qui sont de l'ordre de 37.000 DH par an", affirme M. Berbache. En outre, utilisant un vieil émetteur (il date de 1983), les responsables de la station se sont trouvés obligés d'en acquérir un autre à 250.000 DH il y a deux ans. Les autres frais générés par Radio FM (électricité...) sont imputés directement au budget de l'OFEC, est-il précisé.
C'est en 1983 que, pour médiatiser ses activités, l'Office a acquis un émetteur, une table de montage, une console et un micro.
Les responsables de l'OFEC avaient utilisé ce matériel notamment pour les deux foires de 1983 et de 1987.

70% de musique

Mais à partir de 1987, devant les activités devenues permanentes, l'OFEC avait souhaité la création d'un canal couvrant la ville de Casablanca, qui accompagnerait ses activités et servirait donc de pilier à leur médiatisation. La station pourrait assumer également une mission de divertissement. Le 23 octobre 1987, une convention entre l'OFEC et la Radiodiffusion et Télévision Marocaine (RTM) fut signée. Cette dernière concédait à l'Office "le privilège d'assurer, sous le contrôle et pour le compte de la RTM, un service concédé de radiodiffusion sonore dénommé Radio Foire Internationale de Casablanca (FIC). Cette station couvrira la Wilaya du Grand Casablanca". C'est ainsi qu'avec des moyens techniques très limités Radio FM fut lancée en 1987 et émet aujourd'hui 17 heures par jour. "Radio FM doit énormément à ses animateurs, qui n'hésitent pas à puiser dans leurs propres discothèques pour assurer leurs émissions", reconnaît M. Berbache. La musique occupe près de 70% du programme. Radio FM cible presque toutes les couches sociales, allant de la ménagère aux jeunes adolescents. "Chaque émission a acquis aujourd'hui ses lettres de noblesse et dispose d'un auditoire différent", affirme M. Berbache.

Les grandes lignes de la convention

LA convention de concession signée entre l'OFEC et la Radio Télévision Marocaine donne le droit à la RTM de "concéder éventuellement à d'autres organismes un privilège analogue".
La concession accordée à l'OFEC n'est pas exclusive. Elle est établie pour une durée de deux ans, renouvelable par tacite reconduction. Selon les termes de cette concession, Radio FIC est appelée à fournir à la RTM un cahier des charges concernant notamment les règles générales de programmation, les règles applicables à la publicité et au radio service. La station s'engage en outre à ne jamais diffuser d'informations politiques, sauf accord express de la RTM. Radio FM est seule responsable vis-à-vis des tiers. "Ainsi, elle procède à tous les actes, tant de disposition que d'administration qui sont nécessaires à la réalisation de son objet social". La station prend en charge les frais du personnel, les frais de fonctionnement, d'administration et de courtage.
Une commission de 10% sur l'ensemble de ses recettes réalisées par Radio FIC est attribuée à la RTM au fur et à mesure des encaissements.
Le bénéfice net de la station est par ailleurs partagé à la fin de chaque exercice à raison de 51% pour la RTM et 49% pour l'OFEC.
En revanche, si Radio FIC enregistre un déficit d'exploitation, la RTM participera à le combler à concurrence de 51%, sans toutefois dépasser le montant total de la commission qu'elle a encaissée.

Badra BERRESSOULE.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc