×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Qoreï n'écarte pas une rencontre avec Sharon

Par L'Economiste | Edition N°:1652 Le 01/12/2003 | Partager

Le Premier ministre palestinien Ahmad Qoreï a exigé samedi qu'Israël s'engage à stopper la construction du “mur” en Cisjordanie avant une rencontre avec son homologue Ariel Sharon, mais n'a pas fermé la porte à une telle entrevue. “Il y a des questions essentielles comme le mur et l'annexion de colonies. Si les Israéliens persistent à vouloir construire le mur, une telle rencontre ne sera pas nécessaire”, a dit Qoreï après une réunion de son cabinet. “Le mur détruit tout, et tout (effort) sera inutile s'ils continuent à le construire”. Un haut responsable israélien a cependant rejeté toute condition à une rencontre. “Si l'Autorité palestinienne veut qu'Israël stoppe la construction de cet ouvrage défensif, elle n'a qu'à combattre le terrorisme, mais elle ne le fait pas”, a-t-il dit sous couvert de l'anonymat. Il a souligné que Sharon souhaitait cette rencontre pour mettre en application la “feuille de route”, rappelant que ce plan de paix international stipule notamment le désarmement des groupes armés palestiniens. Il a estimé que la rencontre au sommet aurait finalement lieu. Sharon a annoncé jeudi qu'Israël allait non seulement poursuivre mais “accélérer” la construction de la ligne de séparation. Celle-ci, censée empêcher, selon Israël, les attaques, s'enfonce profondément en Cisjordanie pour protéger notamment des colonies. Malgré la polémique sur le “mur”, Qoreï n'a pas écarté une rencontre avec Sharon. Les Palestiniens, appuyés par la communauté internationale, exigent l'arrêt de la construction de la ligne de séparation, estimant que cet ouvrage est devenu un moyen pour Israël de rogner sur le territoire de l'Etat qu'ils ambitionnent d'édifier.A l'ambassade des Etats-Unis à Amman, le Premier ministre palestinien a rencontré samedi l'émissaire américain pour le Proche-Orient, William Burns, dans la première entrevue avec un responsable américain depuis son entrée en fonctions début novembre.(AFP)

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc