×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
Economie

Port de Mohammédia : Opération de charme pour les usagers

Par L'Economiste | Edition N°:255 Le 21/11/1996 | Partager

Principal port pétrolier, le Port de Mohammédia couvre 95% des besoins du pays. Plus de 510 millions de DH ont été investis depuis 1985 et 160 millions de plus devraient suivre.


L'HEURE est réellement à la concertation entre les opérateurs économiques et l'ODEP. La rencontre organisée le 14 novembre par l'Office avec ses usagers sur le port de Mohammédia n'est pas fortuite. Le trafic y a baissé de 14,7% sur l'année 1995/1996, entraînant un recul du chiffre d'affaires de 13%. Pour l'année 1996/1997, l'ODEP table sur une reprise du trafic de +0,8% et du chiffre d'affaires de +1,3%. Au 31 octobre 1996, le trafic global s'élevait à près de 6 millions de tonnes, dont environ 5 millions à l'importation. Les entrées de pétrole brut, principale activité du port, ont représenté 77,93% du tonnage total.
Le nombre de bateaux ayant transité par Mohammédia cette année a également reculé, passant de 465 à 336 navires. Globalement, le port de Mohammédia, avec un trafic annuel d'hydrocarbures dépassant en moyenne les 8 millions de tonnes, couvre 95% des besoins du pays en produits pétroliers. La valeur des exportations atteint 1 milliard de DH, soit 3% du total au niveau national. Quant aux importations, elles s'élèvent en valeur à 0,8 milliard de DH.
Le port mobilise 270 agents et cadres sur place, dont 228 opérationnels.

Modèle réduit


Construit en 1913, essentiellement pour la pêche, ce port ne disposait à l'origine que d'un quai de 3 mètres.
Sa proximité de Casablanca, la cons-truction de l'importante raffinerie Samir en 1961 et son extension en 1979 ont été déterminantes dans son évolution. Maintenant, il s'étend sur 40 hectares de terre-plein et dispose de 2 terminaux pétroliers. L'ancien terminal comprend 3 quais. A celui-ci s'est greffé un nouveau terminal avec 2 postes de réception depuis 1988. Le premier est conçu pour les tankers de pétrole brut et les gaziers. Le second sert à la réception à la fois des tankers de pétrole brut et des produits raffinés.
En terme d'investissement, 510 millions de Dirhams ont été déboursés depuis 1985 pour rendre ce port performant. Ce programme visait en premier lieu la modernisation des équipements de manutention et de transport des produits pétroliers aussi bien à l'import qu'à l'export.
Il devait servir aussi à l'amélioration de la sécurité des biens et des hommes mobilisés pour le traitement des navires pétroliers. «Ainsi, les déversements pétroliers accidentels et les accidents corporels, connus jadis lors des opérations de déchargement des pétroliers sur sea-line, ont été écartés par la mise en service des nouveaux équipements du Terminal Pétrolier du Port de Mohammédia», souligne M. Messaoudi, directeur général du Port.

De même, la durée d'escale des grands pétroliers a été réduite par l'amélioration des conditions d'accostage et par l'augmentation du débit de chargement des produits pétroliers. «Entre 1979 et 1988, il fallait pour un tanker de 90.000 tonnes une durée d'escale de 183 heures et de pompage de 55 heures pour un débit de 1.860 m3/heure. Maintenant, il ne faut plus que 153 heures d'escale pour une durée de pompage de 35 heures avec un débit de 4.000 m3/heure pour un tanker de 120.000 tonnes entre 1987 et 1995», précise M. Messaoudi.Ainsi, les performances ont été améliorées pour la durée d'escale, la durée de pompage et le débit en volume. «C'est aux opérateurs de suivre maintenant en mettant en place des pipes plus larges que ceux existant actuellement», affirme un responsable de l'ODEP. Toujours dans le même souci de modernité, 60 millions de DH ont été injectés par l'ODEP et 100 millions devraient suivre d'ici l'an 2000.
Une partie de cet investissement a servi à la création par le Laboratoire Public d'Études et d'Essais (LPEE) d'un modèle réduit du port dans le but de procéder à différentes études. Le coût de ce projet est de 10 millions de DH.Des actions sont également prévues pour la protection de l'environnement marin.

Fatima MOSSADAQ

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc