×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Economie

Milieu urbain : Moins d'un million de chômeurs

Par L'Economiste | Edition N°:255 Le 21/11/1996 | Partager

LE Ministère de la Population a présenté la nouvelle version de l'enquête Population-Emploi au Conseil de gouvernement du 19 novembre. La Direction de la Statistique (DS) s'engage désormais à publier trimestriellement le taux de chômage en milieu urbain.
Celui-ci a atteint au terme du premier trimestre 1996, 19,4%, en baisse par rapport à fin 1995 ( 22,9%). Le chômage devrait par ailleurs continuer à reculer selon les prévisions de la DS, confortant ainsi la reprise économique annoncée par le Centre Marocain de Conjoncture.
Le dernier trimestre 1995 et le début 1996 sont caractérisés par des évolutions économiques conjoncturelles totalement différentes. L'année 1995 est marquée par la sécheresse, alors que l'année 1996 connaît une croissance forte en raison de la bonne campagne agricole 1995-1996. Selon l'enquête réalisée pour le premier trimestre, le nombre des chômeurs dans les villes est inférieur au million. Il est exactement de 926.000 personnes, marquant un recul de 16,7% par rapport au dernier trimestre de 1995. Le recul du chômage est dû à l'effet conjugué de l'amélioration de la situation de l'emploi masculin d'une part, et à la baisse de la population active féminine suite au retour à l'inactivité d'une partie des femmes, d'autre part. Ainsi, environ 82% de la baisse du chômage s'explique par le recul de l'emploi des femmes.

La diminution globale du chômage concerne toutes les catégories d'âges et même les diplômés du supérieur. Le taux de chômage de ces derniers est passé entre les deux périodes de 25,7% à 21,3%.
Sur une population citadine, âgée de 15 ans et plus et estimée à près de 9,5 millions en janvier/mars 1996, la population active s'élève à environ 4,8 millions, soit un taux d'activité de près de 50,4%.
Le volume d'offres de travail dans les villes a connu des évolutions opposées selon le sexe. Pour les hommes, il a connu une légère augmentation de 2%, alors que chez les femmes, il a enregistré une baisse notable de 11%. Pour beaucoup de femmes, la perte de leur emploi s'est traduite par un retour à l'inactivité. Par ailleurs, en raison du caractère répétitif de l'enquête, des femmes ont mal interprété ses objectifs.
Pensant qu'elle entrait dans le cadre d'une opération d'embauche, elles se sont déclarées chômeuses lors du premier passage, est-il expliqué.

Fatima MOSSADAQ.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc