×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Nokia taille encore dans ses effectifs

Par L'Economiste | Edition N°:2984 Le 18/03/2009 | Partager

. Suppression de 1.700 emplois de plus. Un plan permettra d’économiser au moins 700 millions d’eurosLE numéro un mondial des portables Nokia a annoncé, hier mardi, 1.700 nouvelles suppressions de postes à travers le monde. Il s’agit de la plus importante décision depuis le début de la crise économique qui a entraîné un plongeon de son chiffre d’affaires et de ses bénéfices. «Au total, ce plan affectera environ 1.700 employés mondialement. Quand il sera appliqué, Nokia va entamer des négociations avec les représentants du personnel», indique-t-on. «Nokia prévoit d’ajuster les ventes, le marketing et les opérations technologiques pour les adapter à un portefeuille élagué et à la demande mondiale des consommateurs», indique le finlandais dans son communiqué mardi. Nokia, de loin numéro un mondial avec 37% de parts de marché au quatrième trimestre, employait au début de l’année près de 128.000 personnes à travers le monde. Au Maroc, l’on est plutôt optimiste. «Nous nous attendons à ce que l’impact sur la région soit limité», d’après Harri Leinonen, directeur général Nokia Maroc et Afrique du Nord. Fin février, le finlandais avait déjà annoncé 1.000 suppressions de postes dans le monde, sur la base de départs volontaires. Nokia indique que toutes ces mesures s’inscrivent dans le cadre du plan d’économie lancé cet hiver du fait de la dégradation de ses résultats, qui doit permettre d’économiser au moins 700 millions d’euros dans les deux prochaines années.Le bénéfice net du géant finlandais a été divisé par trois au quatrième trimestre, à 576 millions d’euros, par rapport à la même période de l’an passé. Il souffre aussi d’une forte contraction de son chiffre d’affaires (-19,4% entre octobre et décembre). Les raisons: baisse de la demande et du recul du prix moyen de vente des téléphones. Le marché de la téléphonie mobile devrait reculer de 10% en volume en 2009, selon Nokia. La firme avait également pris du retard sur le marché des «smartphones», des téléphones ayant des fonctionnalités identiques à celles d’un PC, comme le BlackBerry du canadien RIM et l’IPhone d’Apple.En effet, le finlandais a lancé au tournant de l’année une nouvelle gamme de smartphones destinés à rattraper son retard, et a acquis le britannique Symbian, dont le système d’exploitation est utilisé dans 60% des smartphones. F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc