×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Entreprises

Mouvements dans le secteur bancaire : Wafabank et BMCE plantent le décor

Par L'Economiste | Edition N°:255 Le 21/11/1996 | Partager

Au moment où des institutions confirment leurs ambitions internationales, la modification du tour de table est envisagée avec insistance dans des banques à capitaux étrangers.


Repositionnement sur les nouveaux métiers, vision internationale, recomposition des tours de table: la libéralisation et la privatisation produisent leurs premiers effets structurels visibles. Le ton de cette mutation est donné du côté de l'Avenue Hassan II à Casablanca. Wafabank et BMCE affichent clairement leurs ambitions aussi bien sur le plan interne qu'international. Le locataire du Boulevard Moulay Youssef, la BCM, prête une oreille attentive à ce remue, ménage et continue de mettre de l'ordre dans la maison.

L'international


La première banque privée du pays renforce progressivement ses relations internationales en s'associant avec ses partenaires étrangers dans ses nouvelles filiales. En attendant sa privatisation, la Banque Populaire observe, mais se prépare pour des lendemains qui ne seront pas de tout repos.
Pour l'instant, les projecteurs sont braqués sur Wafabank et BMCE. Les ambitions de cette dernière seront perceptibles à travers la nouvelle campagne de communication qui démarre le vendredi 22 novembre. Mais une bonne partie des intentions de la BMCE ont été dévoilées par M. Othman Benjelloun, son président, au bureau londonien de Bridges News, une agence de presse américaine spécialisée dans les informations financières.
Selon cette agence, la BMCE est en train de négocier une prise de participation dans une banque américaine installée à New York et dont le nom est encore tenu secret. Elle prévoit également d'installer des bureaux de représentation en Grande-Bretagne, Hollande, Italie et Allemagne. Les principaux partenaires de la BMCE dans ces opérations participent déjà à son tour de table.En Grande-Bretagne, l'ouverture d'un bureau de représentation sera réalisée avec l'assistance de Barclays Bank. Un accord aurait été déjà signé avec la banque britannique en marge de la réunion annuelle de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International. Il est attendu que le bureau de la BMCE soit basé au siège même de la Barclays. En Allemagne, la même approche est envisagée avec Commerzbank, révèle Bridges News. Des bureaux de représentation sont ainsi prévus à Francfort et Düsseldorf.

Les actions décidées en Italie et en Hollande n'ont pas été précisées. Elles devraient toutefois se rapprocher de ce qui sera réalisé dans les deux premiers pays cités. Autre point important: l'ouverture sur le Japon et l'Amérique latine. Il est à rappeler que la banque Nomura était membre du syndicat de placement lors de l'émission de GDR.
En fait, toutes ces nouvelles actions ne font que traduire ce qui avait été annoncé dans le plan stratégique élaboré au moment de la privatisation. L'objectif de la banque est de devenir à terme une banque de dimension internationale. Du point de vue interne rien n'est encore dévoilé. Mais avec des fonds propres proches de 2 milliards de Dirhams et des appuis extérieurs solides, la BMCE peut se permettre d'élargir son assise locale.
Côté Wafabank, des affinités sont en train d'être tissées dans la péninsule ibérique. Après la France et la Belgique, l'Espagne sera, si les pourparlers avec Banco Santander aboutissent, son troisième pays d'implantation en Europe. Sur le plan interne, les visées sur Uniban sont réelles, même si jusqu'à présent rien n'est définitivement arrêté. L'autre certitude qui pourrait bouleverser le secteur vient du côté de l'Avenue Mohamed V. Le réaménagement du tour de table du Crédit du Maroc est évoqué avec insistance dans les milieux bancaires. M. Karim Lamrani est donné vendeur, comme cela avait été avancé il y a deux ans.

Alié Dior NDOUR.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc