×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Les ports de Casablanca et Mohammédia bloqués hier

Par L'Economiste | Edition N°:1027 Le 29/05/2001 | Partager

. Conséquences: Treize bateaux en rade et des milliers de dollars perdus à CasablancaLA grève a encore sévi hier aux ports de Casablanca et Mohammédia, avant que la situation ne se débloque dans l'après-midi. A l'heure où nous mettions sous presse, tout semblait être rentré dans l'ordre. A l'origine de ce mouvement qui, d'ailleurs, a failli être étendu aux autres ports du pays, le licenciement de la moitié du personnel de la Société Chérifienne de Remorquage et d'Assistance (SCRA). Ceux-ci ont d'ailleurs manifesté haut et fort leur désapprobation quant à l'installation d'un nouvel opérateur sur leur créneau. Le Ministère de l'Equipement a en effet procédé à la libéralisation des services aux ports, une décision qui était en pourparlers depuis l'année dernière. Elle n'a cependant pas atteint la tarification qui, elle, est toujours fixée par la direction du Port. La libéralisation des services a conduit à l'exploitation du remorquage par une nouvelle société dénommée Off Shore. Depuis jeudi dernier, celle-ci est opérationnelle. Elle compte un effectif de 24 personnes et possède deux remorqueurs, est-il ajouté. Dès jeudi soir, les premières protestations se sont mises à fuser.Selon le responsable syndical, la SCRA existe depuis 1927 et emploie 180 personnes. Elle possède cinq remorqueurs. Le port de Casablanca ne peut en contenir que quatre. «Avec l'arrivée de la société Off Shore, la SCRA ne pourra plus en exploiter que deux et devra par conséquent aboutir à une compression du personnel», indique le responsable syndical. Elle concernerait la moitié du personnel de la SCRA. Sentant leurs emplois menacés, les employés ont observé une grève de 24 heures hier, suivis dans leur mouvement par les employés des Chantiers et Ateliers du Maroc et ceux travaillant au port. Depuis que la décision de grève a été prise, de nombreuses réunions ont eu lieu entre la direction du Port et les syndicalistes dans l'espoir de garantir les acquis et la continuité du travail à l'ensemble du personnel de la SCRA. Actuellement, 28 bateaux sont au port de Casablanca et 13 autres en rade. Ces derniers subissent des pertes estimées entre 8.000 et 16.000 dollars par jour. Rappelons également que, selon les dernières statistiques portuaires (1999), 37,6% du trafic portuaire du Maroc est effectué à Casablanca. Radia LAHLOU

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc