×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Estebanico Al Azemmouri, ce Marocain conquistador

Par L'Economiste | Edition N°:1836 Le 19/08/2004 | Partager

. Selon des historiens, il serait le premier étranger après christophe Colomb à avoir foulé le sol du Nouveau Monde. Un ouvrage sur l'histoire de cet ancêtre, bientôt publié en langue arabe . Ce Marocain a vécu pendant des années avec des Indiens qui ont fait de lui leur guérisseurIL est présenté par beaucoup de chercheurs comme étant le premier à avoir conquis une partie de l'Amérique (l'actuelle Floride) et avoir rencontré les indigènes du Sud-Ouest qui n'avaient alors jamais vu d'étrangers. Ce Marocain, devenu malgré lui conquistador, est plus connu actuellement dans l'histoire américaine du nom espagnol d'Estebanico Di Azamor. Beaucoup de gens se demandent comment il est arrivé en Amérique. Des ouvrages réalisés par des Américains mais aussi quelques Européens racontent les incroyables péripéties d'Estebanico El Mauro. Dans l'histoire américaine, il est considéré comme l'un des pionniers de l'ère des grandes découvertes du sud des actuels Etats-Unis. Les aventures d'Estebanico sont des plus légendaires en Amérique. C'est l'histoire d'un homme arraché de sa terre natale et qui s'est distingué de ses maîtres espagnols par son intelligence incisive. Certains disent que c'était le premier noir à fouler les terres d'Amérique du Nord. Il s'appelle Al Azemmouri et il est né vers 1500 à Azemmour. Capturé dans sa première jeunesse par les occupants portugais de sa ville natale d'Azemmour, il a été vendu à Séville (en Espagne) au duc de Béjar qui en a fait son domestique personnel. Il l'emmènera avec lui, en 1527 dans l'expédition envoyée par l'empereur Charles Quint pour découvrir et coloniser les côtes sauvages de la Floride. Un certain Panfilio de Narvaez avait été désigné à l'époque par l'empereur pour devenir gouverneur de la Floride. L'expédition pour la conquête de la Floride se composait d'une flotte de cinq caravelles transportant des femmes et des hommes. Le voyage de ces colonisateurs connaîtra une fin tragique dans l'un des désastres les plus impressionnants de l'histoire des conquêtes du nouveau monde. Parmi les 600 passagers embarqués, seuls quatre rescapés: Al Azemmouri et trois autres Espagnols. Durant la décennie qui suivra, ces rescapés erreront au milieu de tribus indiennes semi-primitives et traverseront l'Amérique de bout en bout, de l'Atlantique au Pacifique en parcourant près de 12.000 km. Al Azemmouri a vécu pendant des années avec des tribus indiennes qui ont fait de lui leur guérisseur. Al Azemmouri arriva à Mexico en juillet 1536. Trois années plus tard, il partit en pérégrination avec un moine franciscain à la recherche des sept villes mythiques d'or. Il aurait été tué par les farouches indiens Zuni aux portes, croit-on, de la première des 7 cités d'or découvertes pour la première fois par le Marocain. C'était en 1539. Le bruit se répandit partout en Amérique du Nord qu' Estebanico avait découvert les sept cités formant le royaume légendaire de Cibola (appelé Eldorado à partir du XVIIIe siècle). Ce fut le début d'une célébrité toujours d'actualité au pays de l'oncle Sam. Aujourd'hui, Mustapha Ouarab, écrivain marocain et journaliste au quotidien koweïtien (Al-Rai-Al-Aam), rend hommage à ce premier Marocain ayant pénétré dans le nouveau monde. Ouarab rapporte son histoire dans un livre dédié à sa mémoire oubliée. Intitulé «Estebanico Al Azemmouri: Un conquistador marocain au pays des Peaux-Rouges», le livre en langue arabe paraîtra l'automne prochain au Koweït. C'est le fruit de 3 années de travail. L'essentiel de la bibliographie est constitué d'ouvrages américains. Ce livre sera le premier écrit en langue arabe sur Estebanico Al Azemmouri.Mohamed RAMDANI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc