×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Energies renouvelables: Une structure dédiée au financement des filières
Entretien avec Ahmed Baroudi, directeur général de la SIE

Par L'Economiste | Edition N°:3246 Le 02/04/2010 | Partager

. Elle concentre son action sur le solaire (hors centrales), la biomasse, l’éolien et l’hydraulique. Mission: positionner le Maroc comme un acteur reconnu au niveau mondialCréée il y a à peine un mois, la société d’investissements énergétiques (SIE) est déjà actionnaire dans l’Agence marocaine de l’énergie solaire (Masen). Dotée d’un capital de 1 milliard de dirhams, la SIE a pour principale mission d’accompagner le plan national de développement des énergies renouvelables. Elle est aussi appelée à investir dans des projets visant l’augmentation des capacités de production, la valorisation des ressources renouvelables et le renforcement de l’efficacité énergétique. Solaire, biomasse, éolien… les différentes sources - L’Economiste: Quels enjeux derrière la création de la SIE?- Ahmed Baroudi: La création de la société d’investissements énergétiques entre dans le cadre de la mise en œuvre du Plan énergétique national du ministère de l’Energie. Les enjeux de sa création sont multiples. Le premier d’entre eux étant la contribution à la réduction de la facture énergétique nationale par les énergies renouvelables. Autrement dit, apporter une contribution significative pour garantir la sécurité énergétique du pays. Les autres enjeux sont tout aussi importants. Ils consistent à valoriser les ressources naturelles du pays (soleil, vent, eau) en positionnant le Maroc sur des secteurs nouveaux et porteurs, générateurs de valeur ajoutée, d’emplois et de savoir-faire. Il y a aussi un important enjeu de formation et de recherche qui sera mené de concert avec les responsables en la matière. - Comment la SIE compte gérer et cibler ses investissements dans les différentes sources et pour quelles priorités?- La SIE compte s’appuyer sur le Fonds de développement énergétique pour mettre en place un «mécanisme» financier pérenne, basé sur des investissements et des placements étudiés, afin de se doter des moyens requis à l’accomplissement de sa mission: investir dans des projets rentables, innovants et concrets visant l’augmentation des capacités de production énergétique.Les premières démarches concernent le développement des secteurs biomasse, éolien et solaire, en priorité à destination des régions et des collectivités locales, au bénéfice du plus grand nombre.- Que va financer la SIE? Est-ce la conception des projets, la production, la maintenance, la logistique?…- La SIE instruira des projets en termes de faisabilité, les modélisera et testera des pilotes avec ses partenaires. A titre d’exemple, la SIE engage un premier test grandeur nature qui a vocation à être généralisé sur l’ensemble du territoire national et qui concerne l’énergie biomasse.La SIE a vocation à prendre des participations actives dans des sociétés menant de tels projets, concrets et rentables. J’insiste sur ces termes, car la démarche de la SIE s’inscrit dans une logique d’obligation de résultats. Il est évident que les projets engagés avec la participation de la SIE feront l’objet d’un suivi minutieux afin de maximiser leurs chances de succès. - Quels sont les critères d’éligibilité pour bénéficier du financement de la SIE?- La politique d’investissements de la SIE est en cours de finalisation. Elle déterminera le détail des orientations prioritaires qui devront être validées par le Conseil d’administration. Suite à cela, des critères définitifs d’éligibilité pour les sociétés positionnées sur ces priorités seront portés à la connaissance des intéressés.- Qui fait quoi entre SIE et Masen, sachant que la mission de cette agence porte également sur le développement de l’énergie solaire?- L’agence Masen est porteuse d’un des plus ambitieux projets solaires dans le monde. Elle doit mettre en place au Maroc une capacité de 2.000 MW en à peu près une décennie. C’est un grand défi, mais elle est très bien partie pour le relever, en partie grâce à son top management! La création de cette agence vient couvrir l’important volet de production d’énergie solaire à travers les centrales.Quant à la SIE, elle concentre son action sur des énergies renouvelables telles que le solaire (hors centrales), la biomasse, l’éolien et l’hydraulique. - A terme, quel sera l’avenir de la SIE?- Le secteur des énergies renouvelables est en pleine croissance et les technologies ne cessent d’évoluer à grande vitesse. Dans ce cadre, l’avenir de la SIE s’annonce très prometteur. Il s’agira de positionner le Maroc comme un acteur reconnu au niveau mondial. - Envisagez-vous d’élargir votre sphère d’investissement et aller au-delà de l’énergie?- Les statuts de la SIE ne le permettent pas. Le challenge dans les énergies renouvelables est déjà suffisamment important pour penser à se disperser. Les objectifs en la matière sont clairs et suffisamment ambitieux, il s’agit de produire rapidement des résultats pour les atteindre.


Parcours

Ahmed Baroudi est docteur en électronique et informatique industrielle (Lincs/laboratoire CNRS). Ses travaux lui ont valu le 1er prix de l’innovation technologique Laboratoires-Industrie en France, en 1989. Jusqu’en janvier 2010, Baroudi occupait, chez Thales Alenia Space, le poste de responsable de la coordination des activités spatiales (Observation science navigation et infrastructures en Afrique).Propos recueillis par Amin RBOUB

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc