×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Résultats annuels
La CGI fait mieux que résister

Par L'Economiste | Edition N°:3246 Le 02/04/2010 | Partager

. 2,2 milliards de chiffres d’affaires. Hausse de 15% du résultat net. Un portefeuille d’investissement de plus de 82 milliards de DHRALENTISSEMENT de l’activité immobilière, glissement annuel de 1% de la valeur ajoutée du secteur, baisse des IDE dans l’immobilier et l’activité touristique. Dans le passage à vide de l’immobilier, la Compagnie générale immobilière (CGI) fait mieux que résister. Au terme de l’exercice 2009, la filiale de CDG Développement affiche des indicateurs d’activité en forte croissance. Le chiffre d’affaires consolidé bondit de 45% à 2,2 milliards de DH. Le résultat d’exploitation ressort à 598 millions de DH en hausse de 72% d’une année à l’autre. Partant, le résultat net part de groupe progresse de 15% pour s’établir à 437 millions de DH. La CGI a multiplié par 5 son RNPG entre 2005 et 2009. En outre, le groupe améliore ses fonds propres de 4% à 4,3 milliards de DH. Son endettement à fin 2009 est estimé à près de 2 milliards de DH.Au niveau social, le chiffre d’affaires de la CGI ressort à 1,6 milliard de DH, enregistrant une hausse de 35% par rapport à 2008. Le résultat d’exploitation progresse de 17% à 430 millions de DH. Dans son sillage, le résultat net enregistre une forte hausse de 69% à 555 millions de DH.De l’avis de Mohamed Ouanaya, directeur général de la CGI, la crise a été plus ressentie dans les régions de Marrakech et Fès notamment. Le chiffre d’affaires réalisé à Marrakech s’est établi à 130 millions de DH contre des prévisions d’environ 260 millions. En revanche, la compagnie immobilière capitalise sur le maintien de l’activité sur l’axe Kenitra-El Jadida. Les investissements consolidés au terme du dernier exercice sont ressortis à près de 2 milliards de DH, soit une hausse de 17%. Au titre de 2009, l’activité commerciale a concerné 40 programmes parmi lesquels 18 ont été lancés au cours de l’année et 11 mis en livraison. D’après le management, les réservations enregistrées en 2009 ont permis de sécuriser un chiffre d’affaires d’environ 5,5 milliards de DH. Ainsi, la commercialisation de la première tranche de Casa Green Town a permis de dégager un chiffre d’affaires de 3,9 milliards de DH. En outre, le partenariat Addoha, Groupe Palmeraie développement et CGI pour la réalisation des travaux hors site à travers le GIE AVVB est entré en vigueur.Au final, la CGI dispose d’un portefeuille d’investissement de plus de 82 milliards de DH. Elle est présente dans 140 projets avec une réserve foncière estimée à plus de 3.700 ha. En perspectives, le groupe envisage un positionnement fort sur le tertiaire et le tourisme. Selon Ouanaya, «le levier touristique devrait servir d’offre complémentaire».Compte tenu de ses réalisations, CGI a décidé de distribuer un dividende de 17 DH au titre de l’exercice 2009 contre 15 DH en 2008.


Synergies

L’ENTRÉE de RMA Watanya (filiale de Finance Com qui est également propriétaire de BMCE Bank) dans le capital du promoteur immobilier lui donne des ambitions à l’international. «La CGI a atteint une certaine maturité qui lui permet d’aller sur d’autres marchés. Aujourd’hui, nous avons la possibilité de travailler avec BMCE Bank pour des réalisations en Afrique subsaharienne», relève Ouanaya. Et d’ajouter «Nous n’avions pas de stratégie à ce sujet, mais actuellement tout est permis». En attendant que les synergies prennent, la CGI devrait dans un premier temps capitaliser sur le réseau des agences du groupe BMCE Bank en Europe notamment afin de toucher la clientèle MRE.


Logement social

A fin 2009, Dyar Al Mansour qui devrait être le fer de lance sur le segment du logement social a réalisé un chiffre d’affaires de 125 millions de DH. Un résultat en deçà des espérances de la compagnie, notamment en raison des élections, explique Mohamed Ouanaya, directeur général de la CGI. Cependant, le programme de 10.000 logements par an sur la prochaine décennie devrait favoriser la montée en compétence de la filiale de CGI. Quant au foncier, les promoteurs devraient bénéficier de tarifs pratiquement alignés au coût de revient, relève Ouanaya. D’après le DG de la CGI, au-delà d’un certain seuil, les tarifs des logements sociaux ne seront plus ceux qui sont annoncés.F. Fa.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc