×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Dossier BâtimentLes architectes et promoteurs privés divisés sur les honoraires

Par L'Economiste | Edition N°:1037 Le 13/06/2001 | Partager

. L'application du nouveau contrat type des architectes a soulevé le tollé chez les promoteurs privés. Le Département de l'Habitat n'a pas réussi à réconcilier les deux partenaires La Fédération Nationale de l'Immobilier (FNI) et l'Ordre National des Architectes se sont livrés depuis février dernier à une bagarre médiatique qui a focalisé l'attention de tous les intervenants du secteur du bâtiment. Personne n'imaginait que l'entrée en vigueur du nouveau contrat type des architectes allait soulever une tempête qui n'a cessé de grossir au fil des jours. Les deux partenaires se sont lancés dans des joutes oratoires à coups de communiqué et de déclaration à la presse. Même l'intervention du Secrétariat d'Etat à l'Habitat n'a pas réglé le fond du problème. Les deux partenaires ne sont pas arrivés à s'entendre sur le fameux taux des honoraires des architectes, fixé à 5% du montant des travaux. Les promoteurs refusent tout seuil aussi minime soit-il et avancent son illégalité vis-à-vis de la loi sur la liberté des prix et de la concurrence qui entrera en vigueur en juillet prochain. De leur côté, les architectes se disent prêts à négocier leur système tarifaire, mais toujours sur la base d'un taux. Ils veulent asseoir les bases de la transparence du secteur, gangrené par la corruption et le clientélisme.Le dialogue, mené sous l'égide du SEH, n'a pas porté ses fruits. Après plusieurs entrevues avec leurs collègues, les promoteurs ont proclamé l'arrêt des négociations et décidé de passer à l'attaque en appelant à une journée de grève dans les chantiers le 30 mai dernier. Là encore, déclarations et contre-déclarations ont ponctué ce mouvement. Selon la FNI dirigée par Rachid Jamaï, les chantiers de Fès, Kénitra et Tanger ont été paralysés. A Casablanca, fief des gros promoteurs, le mouvement a été suivi à hauteur de 70%. Les architectes soutiennent que la plupart des chantiers ont tourné normalement, surtout dans la capitale économique où le mouvement n'a été suivi, selon eux, qu'à hauteur de 5%. Quelle est la position du SEH dans cet imbroglio? Mohamed M'Barki, secrétaire d'Etat à l'Habitat, qui mène l'arbitrage entre les deux corps, n'a pas encore tranché. Il assure néanmoins que la porte des discussions n'est pas fermée. Lors d'une récente sortie au Parlement, le ministre a déclaré que ce tapage médiatique a été soulevé autour d'un faux problème, le montant des honoraires des architectes ne dépassant pas 1% du prix de la vente. Il n'y a donc pas lieu d'en faire tout un tintamarre. Sans le dire directement, le ministre s'est ainsi rangé du côté des architectes. De toutes les façons, le débat entre les deux partenaires s'est calmé pour le moment. Mais cela ne veut pas dire que la question est oubliée. La Fédération Marocaine du Conseil et de l'Ingénierie (FMCI) soutient la position des architectes. Les deux parties ont signé une déclaration commune versant dans le sens d'un barème minimum. Pour sa part, la FNI est en train d'exercer du lobbying pour rallier d'autres voix. Le feuilleton pourrait annoncer de nouveaux rebondissements.N. L.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc