×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Courrier des Lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:3245 Le 01/04/2010 | Partager

Plus de la moitié des Marocains «fous»!
. Matérialisme et frustrationC’est un sujet très intéressant car j’ai déjà lu une étude dont je ne me rappelle plus l’origine qui affirme justement que plus de la moitié des Marocains ont vécu ou subissent un «déséquilibre» psychologique ou mental. J’en ai la preuve à chaque fois que je séjourne dans mon pays. Avec le recul dont je bénéficie, je pense que les symptômes se dégagent au travers du même discours et sujet de conversation chaque fois que je suis acteur ou spectateur d’une réunion: «affaire à faire» presque tout le monde voit des affaires partout et au pas de sa porte!! Tout le monde parle des fortunes qui se constituent chez les autres ou bien de l’affaire à ne pas rater en relation avec l’immobilier de préférence. En résumé les gens sont devenus plus matérialistes dans leurs têtes que ce que leur offre la réalité. S’y ajoute la culture du m’as-tu vu qui crée de la frustration et donc le besoin de s’enrichir même dans l’imaginaire afin d’exister. La société est malade et il n’y a pas beaucoup d’espoir tant que le riche fait preuve d’insolence et que la morale n’a plus droit de cité. Aujourd’hui, celui qui aimerait vous fréquenter ou celle qui souhaiterait vous rapprocher semblent loucher vers l’épaisseur de votre portefeuille d’abord.Ceci explique pourquoi vous ne pesez pas à priori grâce à vos études ou à votre moralité… La maladie psychologique qui nous incombe est liée à la frustration matérielle, qui crée la haine et le soupçon, à tel point que, quand quelqu’un réussit on le traite rapidement de «chfifir» (voleur).Je pense que l’éducation et la justice sont les principaux vecteurs pour rétablir les bonnes normes dans la société marocaine.A. P.. Question de cultureQuestion de culture, même au niveau d’un haut responsable: le malade mental est un fou, péjorativement parlant. Soit, il est «Meskhout el Walidine» (maudit), soit il a mangé quelque chose de la main d’une méchante femme, soit il s’adonne aux drogues. Le malade mental chez nous est un coupable qui ne vit que les conséquences de ses actes. Il n’a que ce qu’il mérite et donc, il n’a qu’à errer. Dans notre culture, le fou est loin d’être un malade qui nécessite l’attention, les soins, l’écoute, l’affection, un lit chaud, un bon repas, un traitement et un suivi. C’est ainsi! C’est une culture! Hélas!I. B. . Les femmes et les hommes qu’il fautPlutôt plus de la moitié de ceux qui président ne remplissent pas les conditions requises.Il suffit de mettre les femmes et les hommes qu’il faut à la place qu’il faut pour que les Marocains soient plus heureux et plus disposés à donner le meilleur d’eux-mêmes. B. K. . ExcessifA mon avis ce pourcentage me paraît trop excessif ou plutôt erroné. A suivre!B. R.

Incompréhensibles attaques contre Jettou
. Les mains libresAucun citoyen ne devrait être au-dessus des lois. Les juges devraient avoir les mains libres pour les besoins de l’enquête.A. O. . PressionJettou est dans son droit le plus absolu de faire pression sur l’administration urbaine même si cela devrait être confirmé par la soi-disant enquête en cours.Son passé politique au service du peuple ne doit pas pénaliser son action dans la défense de ses propres intérêts personnels. La corruption dans notre pays est tellement grave que, dans l’esprit de bon nombre de citoyens, l’administration se confond avec le lobbysme, une activité généralement acceptée et réglementée dans les pays qui sont un modèle pour notre démocratie. Jettou est aujourd’hui un citoyen comme un autre d’autant qu’il n’assume aucune responsabilité gouvernementale, donc libre de ses mouvements et sans pouvoir cœrcitif. Sur le plan éthique, son action telle qu’elle a été décrite par la presse ne lèse personne et ne crée aucune victime. En conséquence, Jettou serait la future victime du lynchage politico-judiciaire en train de prendre forme. A qui profite le crime ?? suivez ma plume !!D. D.

Cour des comptes
. Ils se servent bien!Vous vous permettez de jeter en pâture des hommes qui ont été à des postes de responsabilité et qui ont, pour la plupart, développé les entreprises qu’ils dirigeaient de façon remarquable. Ou est le temps des éloges, des citations en exemple de ces chefs d’entreprises hors-normes?Vos journalistes devraient, par précaution, et je le pense sincèrement, par pudeur, s’abstenir de commenter des allégations et des suspicions (pour ne pas dire des machinations) dont le seul but est sans nul doute de procéder à des « remaniements» au sein de l’élite pour le bon plaisir de quelques-uns.Ces coups tordus, nous assistons à leur multiplication depuis quelques années, toujours dirigés contre les dirigeants des entreprises les plus lucratives. Car si l’on analyse bien les choses, la Marocaine des Jeux et des Sports ainsi que l’Office national des aéroports ne sont-ils pas des «vaches à lait» où les liquidités coulent à flot. Ces mannes d’argent ne suscitent-elles pas les convoitises?Alors, cessons de jouer aux hypocrites et soyons sérieux et pragmatiques. Arrêtons, par notre silence, de cautionner des pratiques d’un autre temps.Dans toute entreprise, soit-elle publique ou privée, l’on peut assister à des erreurs de gestion, à de petites irrégularités. Ceci est valable aussi au niveau de l’Etat et ses différents ministères. Les contrôleurs de gestion et commissaires aux comptes, qui suivent ces organismes et qui connaissent leur fonctionnement au quotidien, corrigent le tir et approuvent les comptes in fine. Tous ces spécialistes de la finance sont-ils défaillants ou incompétents dès lors que la sacro-sainte «Cour des comptes» sort ses fameux rapports. Permettez-moi d’en douter.Tout cela pour vous dire qu’il est fâcheux de souiller la dignité d’hommes et de femmes qui oeuvrent pour leur pays dans le seul but de les éjecter et de faire profiter d’autres de leur siège vacant. Les changements et « remaniements» au sein des entreprises sont salutaires mais encore faut-il qu’ils soient faits dans le respect d’autrui et la correction.C’est simplement cela que le citoyen que je suis demande à nos instances dirigeantes. C’est ce comportement de retenue et de décence que j’implore vos journalistes de garder en ligne de mire.Ma dernière phrase s’adressera à Monsieur Mohamed Benabid qui dans son éditorial ,se félicitait de la «liberté» du journal à investiguer et à défendre ses opinions contre vents et marées. Si tel est le cas, je vous demanderai d’accorder cette même liberté d’expression à un de vos lecteurs fidèles et de publier à chaud cette réaction pour qu’elle interpelle nos consciences. Quel meilleur témoignage d’indépendance et de liberté pourriez-vous apporter à vos lecteurs!Lecteur anonyme. Casseroles, gamelles…Bel éditorial du 30 mars, M. Benabid. Vous avez entièrement raison. Les délinquants doivent payer pour les casseroles, gamelles et autres embrouilles.R. B.

Horreur à la clinique
. NormalLa justice, l’éducation et la santé sont les principaux indicateurs du niveau de développement d’un pays. En voilà un qui est à l’image de notre pays mais ce qui est ahurissant c’est que ces établissements privés ne pourront pas se cacher derrière un manque de moyens puisqu’ils facturent le prix fort, c’est tout simplement criminel. J’espère que cette démarche ira jusqu’au bout et que les deux autres paramètres de notre développement seront diagnostiqués un jour.A. U.. Réseau-défenseDe toutes les façons, quoiqu’il arrive et quoiqu’on note comme dérapages, irrégularités et manque aux règles, aux règlements, à la déontologie… la clinique et son C.A. restent intouchables. Nous le vivons depuis l’indépendance. On ne touche pas à un toubib, ni à sa clinique, quoiqu’il arrive. C’est beau la solidarité, c’est utile et nécessaire un réseau-défense, mais n’exagérons rien. Il y va de l’intérêt et des droits du citoyen. Je pense que le mal commence dans le choix du personnel. N’importe qui, du moment qu’il ne réclame pas un bon salaire et ses droits, qu’il s’agisse d’infirmiers, de cuisiniers, de personnel d’entretien et de maintenance, du service d’accueil et parfois même, du personnel scientifique.N’attendons pas que les consciences bougent! Il n’y a que l’application des textes en vigueur à tous, même au beau-fils, du beau-frère, de... qui puisse donner de bons résultats.I. B.

. Enquête Obama: Bravo!La dérive idéologique qu’Obama installe (naïvement ?) avec son forum États-Unispays musulmans suite à son discours du Caire...comme si les États-nations n’existaient plus, comme si la théocratie était de mise dans ces pays-là. Et comme si un Américain ne pouvait en aucune manière être musulman. Son projet est à mon sens plus dangereux que celui de son prédécesseur Bush avec son «forum de l’avenir» et la middle east partnership initiative (zone de libre échange avec les pays du golfe et arabes). Il y a là une course à l’appauvrissement et la trivialité idéologique américaine. Obama porte un projet encore plus dangereux...d’autant qu’il en prend une forme consensuelle acceptée par ces pays «musulmans».  W. G.. Solaire: A l’assaut!L’énergie solaire est propre et gratuite, ne présentant aucun danger à l’environnement de notre beau pays le Maroc. Il est souhaitable que les responsables pensent beaucoup à cette nouvelle énergie qui sera sans doute l’énergie du futur. Un amoureux de la nature.B. U.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc