×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique Internationale

Conseils régionaux: Les SAP écrasent les partis

Par L'Economiste | Edition N°:302 Le 30/10/1997 | Partager

L'élection des membres des conseils régionaux a été marquée par un taux de participation ayant atteint 87,13%. Dans le collège des représentants des salariés, la CDT est arrivée en tête avec 38 sièges sur les 113 que compte ce collège.


LE dispositif institutionnel se met progressivement en place. Un de ses tiroirs vient en effet d'être fermé avec l'organisation vendredi 24 octobre de l'élection des membres des conseils régionaux dans les 16 régions que compte le pays. Pour ce scrutin, le nombre de candidatures déposées s'élève à 7.423 pour 1.220 sièges à pourvoir, soit une moyenne de 6 candidats. Le taux de participation a atteint 87,13%. Selon M. Driss Basri, ministre d'Etat à l'Intérieur, ce chiffre montre l'intérêt que les électeurs portent à la mise en place de la régionalisation.
L'esquisse de l'échiquier politique, avec les premiers coups de crayon des élections communales du 13 juin dernier, se précise nettement. Les résultats définitifs de cette élection font apparaître une nette domination des candidats Sans Appartenance Politique (SAP) particulièrement pour les collèges des collectivités locales et celui des chambres professionnelles. D'ail-leurs, sur les 1.220 sièges, 1.107 sont réservés aux collèges des collectivités locales et des chambres professionnelles. Selon les résultats définitifs de ces collèges, les SAP caracolent en tête avec pas moins de 305 sièges.

Fraîchement nés


Les partis politiques classiques ont été relégués derrière. Celui qui arrive en deuxième position est le Parti de l'Istiqlal qui a obtenu 140 sièges. Ce score confirme la place occupée par le parti dirigé par Me M'Hamed Boucetta lors des élections communales du 13 juin dernier. Il est suivi du RNI avec 132 sièges, le Mouvement Populaire 123, l'Union Constitutionnelle 109, l'USFP 102.
Avec moins d'une année après sa naissance, le Mouvement Démocratique et Social, dirigé par M. Mahmoud Archane a fait une nette percée avec 87 sièges, devançant les scores de partis plus anciens comme le PND (36) et le MNP (31). Les autres formations politiques fraîchement créées n'ont pas eu la même chance à passer la barre psychologique des 10 sièges: le Front des Forces Démocratiques de M. Thami El Khyari, né d'une scission du PPS, a obtenu 7 sièges et le Parti Socialiste Démocratique (PSD) de M. Ouardighi, ayant vu le jour à la suite d'une scission de l'OADP ont eu à peine 2 sièges chacun. Quant au PPS, il a remporté 15 sièges, le Parti de l'Action 11, l'OADP 5 et le PDI 2.
Dans le collège des représentants des salariés comprenant 113 sièges, la leadersheap revient à la CDT. La centrale de M. Mohamed Noubir Al Amaoui a en effet remporté 38 sièges. Elle a lâché sa concurrente l'UMT (24 sièges) et l'UGTM (15 sièges). Le score des autres syndicats est bien maigre: 5 sièges. Il est à signaler que dans ce collège les résultats des Sans Appartenance Syndicale dépassent les scores de l'UMT de M. Mahjoub Ben Seddik et de l'UGTM de M. Abderrazak Afilal. Les SAS talonnent en effet la CDT avec 31 sièges.

Sur les 544 sièges que compte le collège des conseils communaux, les SAP ont obtenu 99 sièges suivis par le PI (75), le MP (68). La même règle se vérifie dans le collège des membres des assemblées préfectorales et provinciales comptant 175 sièges: les SAP ont raflé 35 sièges. Dans ce collège, le RNI les talonne avec 28 sièges et l'UC 24. Le collège des chambres d'agriculture ne fait pas l'exception: 39 sièges aux SAP, 27 au MP, 19 pour le RNI.
La présence des SAP est plus éclatante au sein du collège des chambres de commerce, d'industrie et de services. En effet, sur 125 sièges que compte ce collèges, 69 sont SAP, soit 55,2%. Le RNI suit loin derrière avec 12 sièges, le PI 10, l'UC 9, l'USFP 7.
Quant au collège des membres chambres des pêches maritimes, la domination des SAP est sans appel puisqu'ils ont obtenu 22 sur les 28 sièges que compte ce collège, soit 78,57%. Le MP a remporté 2 sièges. L'UC, l'USFP, le PI et le FFD 1 siège chacun.
Dans le collège des chambres d'artisanat, les SAP ont remporté 41 sur les 96 sièges que compte ce collège, soit 42,71%. Ils sont suivis du PI (18), l'USFP (15), le RNI (9), l'UC (5).o

Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc