×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Climat: Grosse aide pour les pays en développement

Par L'Economiste | Edition N°:1653 Le 02/12/2003 | Partager

. A partir de 2005, ils recevront 390 millions de dollars par an Les 15 pays membres actuels de l'Union européenne se sont engagés à fournir un total de 390 millions de dollars par an, à partir de 2005, aux pays en développement, pour les aider à combattre le changement climatique et ses effets, a annoncé à Milan le ministre italien de l'Environnement, Altero Matteoli. La quote-part italienne sera de 86 millions de dollars, indique le ministre dans un dossier de presse présentant une conférence internationale sur le changement climatique. La contribution des 14 autres pays intéressés n'est pas précisée. Ces fonds serviront au «renforcement des programmes de coopération avec les pays en voie de développement dans le cadre de la Convention sur les changements climatiques«, selon la même source. A Bonn (Allemagne), en juillet 2001, 20 pays, dont les 15 de l'UE, s'étaient engagés à fournir un total de 410 millions de dollars par an «d'ici 2005« aux pays en développement, dans le cadre d'un compromis global sur les règles d'application du protocole de Kyoto. Matteoli confirme cet engagement de l'UE. Les autres pays intéressés (Canada, Norvège, Nouvelle-Zélande, Suisse et Islande) n'ont pas précisé leurs contributions. La conférence de Milan, qui a débuté vendredi 28 novembre et s'achèvera le 12 décembre, réunira sous l'égide de l'ONU quelque 4.000 délégués de 170 pays parties à la Convention, un accord de 1992 que le protocole de Kyoto a complété en 1997. Le protocole, qui impose des réductions de gaz à effet de serre aux pays industriels, avait été sauvé de justesse à Bonn, grâce notamment à cette offre financière aux pays du Sud. Il avait été rejeté quelques mois auparavant par l'administration Bush.(AFP)

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc