×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Budget: Les trois priorités de 2003

Par L'Economiste | Edition N°:1301 Le 28/06/2002 | Partager

. Promotion de l'investissement, lutte contre la pauvreté et réforme de l'administration: Les chantiers de la prochaine loi de Finances. Un taux de croissance de 4,5%, la maîtrise de l'inflation à 2% et un déficit budgétaire à 3% du PIB. Suppression des frais de déplacements fictifs que les ministères accordent comme complément de salaireLa fièvre électorale risque d'occulter la préparation du projet de loi de Finances 2003. Le Premier ministre en est conscient et consacre un paragraphe à ce piège dans la lettre d'orientation pour le prochain budget. Dans ce texte de neuf pages destiné aux membres du gouvernement, Abderrahman Youssoufi précise que les réformes reposent sur des grands choix énoncés à maintes reprises par le Souverain et qui dépassent les aléas des échéances électorales. La note de cadrage plante le décor du budget 2003. Le projet vise un taux de croissance de 4,5% et doit consolider la maîtrise de l'inflation à un niveau plafond de 2%. Il s'agit également de maintenir le déficit budgétaire à 3% du PIB et de poursuivre l'amélioration de la balance de paiements. Pour le Premier ministre, ces objectifs macroéconomiques, combinés à la couverture des charges supplémentaires consécutives aux mesures prises au bénéfice des enseignants nécessitent la solidarité de tous les ministères. Chaque département est invité à inscrire son programme d'action en synergie avec les différentes composantes. La programmation des investissements doit se concentrer principalement sur les priorités fixées par la note. Les ministères doivent élaborer leurs projets dans le cadre d'une approche collégiale entre départements concernés par une problématique commune, quitte à redéployer les budgets entre services ou ministères. Les ministres sont invités à s'impliquer personnellement. Les prévisions budgétaires doivent être transmises au ministère des Finances, à la direction du Budget. Quant aux budgets d'équipement, ils doivent parvenir au ministère de la Prévision économique et du Plan. Un délai d'une semaine est accordé. Même si elle s'inscrit dans la continuité en laissant la possibilité au prochain gouvernement de l'après-élections de changer certaines dispositions, l'architecture de la loi de Finances se veut innovante dans la mesure où elle se focalise sur trois secteurs. Youssoufi rappelle à son équipe le devoir de se conformer au respect de ces priorités en redéployant les crédits en leur direction, quitte à les reprendre à d'autres. La première priorité est le “soutien aux investissements, à la croissance et à l'emploi, lesquels devraient être tirés de plus en plus par un secteur privé dynamique”. Le projet de budget devra faire ressortir la primauté que le gouvernement attache aux secteurs productifs à haute valeur ajoutée et créateurs d'emplois: tourisme, artisanat, pêche, habitat, textile et NTI.La deuxième priorité est la promotion de la solidarité et la lutte contre la pauvreté. Sur ce registre, Youssoufi est catégorique: “J'insiste pour que les approches nouvelles déjà entamées soient traduites de manière explicite dans la loi de Finances à travers la pérennisation de l'alimentation du Fonds de développement rural”. Les départements concernés doivent ressortir les enveloppes réservées au développement rural et en consacrer la plus large part possible aux actions intégrées. Toujours sur le registre social, les réformes de la CNSS et de la CNOPS doivent être bouclées en 2003. Le Premier ministre réclame le lancement des fondements de l'Agence Nationale de l'Assurance Maladie, avec la mise en place des mesures d'accompagnement indispensables pour rendre opérationnel le régime d'assistance médicale aux personnes démunies. Sur le chapitre de l'habitat insalubre, Youssoufi invite ses ministres à identifier clairement les sources de financement. Une Caisse de solidarité pour le logement sera mise en place. Des avantages en faveur des promoteurs immobiliers qui s'engagent à réaliser des programmes sociaux dans un cadre contractuel avec l'Etat seront prévus. Troisième priorité, la dynamisation de la réforme de l'administration. Sur ce point, la note fait référence à la lettre royale du 9 janvier dernier relative à la gestion déconcentrée de l'investissement. Pour le Premier ministre, il est nécessaire de dégager des ressources pour accélérer le processus de décentralisation et de déconcentration. Un chapitre est consacré à la maîtrise rigoureuse des dépenses du personnel. Le budget 2003 limitera les postes budgétaires créés au nombre de départs à la retraite avec un redéploiement du personnel entre services centraux et extérieurs. Le niveau d'encadrement sera relevé et gel du recrutement du personnel journalier et occasionnel.Les dépenses de fonctionnement seront réduites. En outre, les frais de déplacements fictifs que les ministères accordent comme complément de salaire doivent cesser. Youssoufi veut que ces montants soient transférés à une rubrique destinée à encourager les plus méritants, une sorte de prime de rentabilité. Mohamed CHAOUI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc