×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Budget: La phobie de l’échec

Par L'Economiste | Edition N°:2170 Le 13/12/2005 | Partager

. Des négociations hostiles prévues cette semaine. Le blocage budgétaire désamorcerait l’extension vers l’EstUN nouvel échec sur le budget européen au sommet de Bruxelles porterait un nouveau coup à une Union européenne sans Constitution, qui a perdu cette année la confiance d’une partie de ses citoyens inquiets d’un élargissement qu’ils craignent sans limite. Lors du sommet de juin, les chefs d’Etat et de gouvernement avaient une première fois échoué dans leur tentative de se mettre d’accord sur le budget 2007-2013 et un nouveau bras de fer s’annonce jeudi 15 et vendredi 16 décembre pour parvenir à un financement équitable d’une Europe élargie à 25 Etats membres en mai 2004. Malgré tout, pour l’UE, un échec “ne serait pas un désastre. On pourrait avoir une autre chance en 2006”, a tempéré Katinka Bayrish, du Centre pour la réforme européenne à Londres. Les précédentes négociations budgétaires pour la période 2000-2006 n’avaient en effet abouti qu’en mars 1999. Mais rien ne dit qu’un compromis serait plus facile en 2006. Et de toute façon, un échec de la prochaine réunion entamerait encore un peu plus la confiance de l’opinion publique. “Cela n’aura pas réellement d’impact sur le fonctionnement de la tyuauterie. La machine continuera à tourner au quotidien, avec ses dysfonctionnements habituels”, a estimé Guillaume Durand, analyste politique au Centre de la politique européenne, soulignant que l’UE est habituée aux psychodrames de prise de décisions sensibles “à la dernière minute”. En l’absence de “plan B” après les “non” français et néerlandais aux référendums sur la Constitution, qui aurait dû permettre de mieux gérer l’UE à 25, les chefs d’Etat et de gouvernement s’étaient résolus en juin à décider une “période de réflexion” pour tenter de sortir de cette impasse. Mais personne n’a pour l’instant de vision claire de l’avenir à long terme de l’Union élargie, qui accueillera encore deux nouveaux membres (la Bulgarie et la Roumanie) en 2007 ou 2008.Malgré le revers sur la Constitution, expliqué, entre autres, par la peur d’une extension à l’Est pourtant célébrée un an plus tôt comme la réunification d’un continent divisé, l’UE a ainsi poursuivi son processus d’élargissement.


Nouvelle proposition britannique

LA présidence britannique de l’UE fera probablement, mercredi 14 décembre, sa nouvelle proposition sur le budget pour 2007-2013. La présidence britannique l’a annoncé lors d’une réunion à Bruxelles des ministres des Affaires étrangères des 25 qui devaient aborder une nouvelle fois ce sujet épineux. Mais dans l’attente de cette nouvelle proposition, les ministres n’ont finalement pas débattu de la question lundi 12 décembre, ont précisé ces sources européennes. Par ailleurs, le président français Jacques Chirac a posé jeudi 8 décembre ses conditions à l’adoption d’un budget européen, rappelant à la Commission européenne qu’un accord, la semaine prochaine à Bruxelles, devait répondre aux exigences de “solidarité, équité et stabilité”.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc