×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Bonne tenue des comptes extérieurs à fin septembre 2002

Par L'Economiste | Edition N°:1427 Le 31/12/2002 | Partager

. Réduction du déficit commercial de 12,3%Au terme des neuf premiers mois de l'année 2002, l'économie marocaine affiche un profil conjoncturel contrasté. L'évolution positive, enregistrée essentiellement au niveau des principaux comptes extérieurs, s'oppose fortement aux perspectives de reprise de l'inflation, la détérioration des finances publiques, la forte baisse des investissements étrangers et la stabilisation du taux de chômage à un niveau encore plus élevé. Les statistiques provisoires de l'Office des Changes confirment qu'à fin septembre 2002, les principaux comptes extérieurs enregistrent une progression notable. Les données de l'Office font ressortir des évolutions irrégulières entre les exportations qui progressent au rythme de 7,9% et les importations qui stagnent de 0,6%. L'évolution des exportations explique la réduction du déficit commercial qui enregistre un recul de l'ordre de 12,3%. “Une analyse plus fine des statistiques conforte cette conclusion”, estiment les analystes du Centre marocain de conjoncture. D'une part, la stabilité des importations trouve son origine dans les différentes évolutions de chaque rubrique. Compte tenu de leur poids qui représente environ 28% du total des importations, les hydrocarbures et la rubrique “alimentation, boissons et tabac” affichent une forte baisse estimée respectivement à 13,4 et 1,7% et ont largement compensé la progression survenue au niveau de l'ensemble des autres composantes. D'autre part, s'agissant des exportations, à l'exception du fléchissement en volume et en valeur de certaines rubriques (vêtements confectionnés, poissons frais, engrais naturels et chimiques, représentant 25% du total), les trois quarts des exportations enregistrant des performances élevées. Par ailleurs, l'envolée des transferts des MRE de 53% ainsi que celle des recettes de voyage (19%) constituent l'autre trait de cette conjoncture. F. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc