×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Cancer du sein: Les industriels de Aïn Sebâa s'associent à Coeur de Femmes

Par L'Economiste | Edition N°:1427 Le 31/12/2002 | Partager

. ASSINAA et Coeur de Femmes ont organisé une journée de sensibilisation et de dépistage . Parmi les 910 ouvrières des entreprises membres d'ASSINAA présentes lors de la manifestation, 10 ont été reconnues positives au dépistageUn hangar de la zone industrielle de Aïn Sebâa, des représentants du Croissant Rouge, des médecins, les autorités locales et des femmes… Elles sont en djellaba, foulard et babouches pour la plupart, d'autres en pantalons mais ont toutes en commun ce même regard angoissé. Elles, ce sont des ouvrières qui attendent, en ce samedi 28 décembre, le résultat des auscultations pour le dépistage du cancer du sein qui leur a été prodigué. Pour la quatrième fois cette année, l'association Coeur de Femmes remet ça, mais en collaboration cette fois-ci avec l'Association des industriels et opérateurs de Aïn Sebâa (ASSINAA). Selon Abdeljlil Bennis président d'ASSINAA, «nous voulons faire connaître notre association à travers des opérations à caractère social. De plus, nous cherchons à nous positionner sur tous les volets permettant d'assurer une amélioration de l'activité économique et des conditions de travail de cette commune«. De son côté, le Pr Rajâa Aghzadi Traki, présidente de l'association Coeur de Femmes, estime que plusieurs cas de cancer du sein emportent la femme par manque de connaissance.Trois grands symptômes doivent pousser à effectuer une visite chez un spécialiste en la matière, indique Pr Aghzadi Traki : la transformation de l'apparence de la peau du sein en peau d'orange, la formation d'un trou qui aspire vers l'intérieur et enfin, un écoulement marron au niveau du mamelon. C'est en s'appuyant sur des images choquantes, qu'elle a expliqué les conséquences d'un dépistage tardif de ce fléau. «Plus tôt nous diagnostiquons le mal, plus le traitement sera efficace et le coût moindre« insiste-t-elle.Lors de la journée du 28 décembre, les diagnostics se sont déroulés sous des chapiteaux mis en place pour l'occasion. Quinze membres du corps médical, assistés par des aides-soignantes du Croissant Rouge se sont démenés afin de mener à bien cette tâche. Les cas douteux étaient envoyés chez le Pr Aghzadi pour un second examen plus poussé. Sur les 910 femmes présentes, seulement 10 ont présenté des symptômes. Selon le Pr Aghzadi, «le nombre de cas recensés est faible car la population auscultée est relativement jeune«. Rappelons que l'association Coeur de Femmes a déjà effectué avec succès des opérations similaires à travers le Royaume (www.leconomiste.com). La dernière en date, qui s'est déroulée à la prison d'Oukacha, a permis de diagnostiquer un plus grand nombre de femmes atteintes. Toutefois, la présidente de l'association peut, grâce à ces journées de sensibilisation, faire le point sur certaines questions récurrentes chez la population touchée. «Un cancer du sein ne signifie pas forcément l'ablation de ce dernier. Et ces journées-là, insiste-t-elle, ne sont pas uniquement destinées aux femmes mais aussi aux médecins. «Ces derniers portent trop souvent des jugements hâtifs et se dépêchent par précaution de procéder à l'ablation de l'organe atteint, souvent dans des cas où le degré de la maladie ne nécessiterait pas cette intervention«. Houda BENBOUYA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc