×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Assurances: Les catastrophes dopent la sinistralité

Par L'Economiste | Edition N°:3416 Le 02/12/2010 | Partager

. 168 milliards d’euros de dommages en 2010. Malgré tout les chiffres restent en ligne avec les moyennes annuellesLes catastrophes naturelles et techniques ont pesé lourd sur l’économie mondiale en 2010. Les dommages économiques sont d’environ 168 milliards d’euros en 2010, contre 48 milliards en 2009, selon les estimations du réassureur Swiss Re. Le coût pour les assureurs se limite toutefois à 27 milliards. L’année 2010 a été chargée en désastres divers, entre les tremblements de terre au Chili, en Haïti, et en Nouvelle Zélande, la tempête Xynthia en Europe, la marée noire dans le Golfe du Mexique et les incendies en Russie. Sans surprise, la facture est à la hauteur: le coût des catastrophes naturelles et techniques est ainsi estimé à 222 miliards de dollars (168 miliards d’euros) par le réassureur Swiss Re, contre 63 milliards de dollars (48 milliards d’euros) l’an dernier. Mais comme la plupart des biens détruits n’étaient pas assurés, le coût pour les assureurs ne dépasse pas 36 milliards de dollars (27 milliards d’euros), en hausse de seulement 34 % sur un an.Swiss Re justifie cette explosion par plusieurs événements dramatiques qui ont marqué l’année, à commencer par le tremblement de terre de janvier en Haïti, la canicule de l’été en Russie ainsi que les inondations en Chine et surtout au Pakistan. Ces catastrophes ont pesé lourd en terme de pertes humaines, avec plus de 260.000 décès, dont la grande majorité en Haïti, contre 15.000 en 2009. Par ailleurs, Au cours des onze premiers mois de 2010, huit événements ont engendré des dommages assurés de plus d’1 milliard de dollars chacun, selon le recensement effectué par Swiss Re. L’événement le plus coûteux a été le séisme au Chili en février dernier, qui a coûté 8 milliards de dollars au secteur de l’assurance. Le séisme qui a frappé la Nouvelle-Zélande en septembre a quant à lui coûté environ 2,7 milliards de dollars, tandis que la note de Xynthia a atteint 2,8 milliards de dollars. Les dommages matériels résultant de l’explosion de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon de BP dans le Golfe du Mexique sont estimés à 1 milliard de dollars. Le coût total pour le secteur de l’assurance a été porté à 36 milliards de dollars en 2010, en augmentation de 34% par rapport à l’année précédente. Ces données concernent les onze premiers mois ce l’année, et pourraient s’avérer supérieures en raison d’une saison hivernale qui s’annonce particulièrement sévère en Europe. Le numéro deux mondial de la réassurance explique que les catastrophes naturelles ont été les plus coûteuses pour les assureurs, avec 31 milliards de dollars contre 5 milliards pour les désastres d’origine humaine. Ces chiffres, bien que plus élevés qu’en 2009, restent malgré tout en ligne avec les moyennes annuelles de ces dernières années en raison d’une saison des ouragans aux Etats-Unis beaucoup moins active qu’habituellement.J. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc