×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossier Spécial

De la Chine au monde…

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5844 Le 16/09/2020 | Partager

Le 11 mars 2020, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) qualifie l’épidémie de Covid-19 de «pandémie» tout en estimant que le nouveau coronavirus peut être «maîtrisé». Plus de 120.000 personnes ont été alors officiellement contaminées, et 4.200 en sont mortes, principalement en Chine, dans la région de Wuhan. Six mois plus tard, au 10 septembre, le bilan donne le tournis: «28 millions de contaminations ont été recensées à travers le monde, conduisant à plus de 900.000 décès», selon un comptage réalisé par l’AFP à partir de données officielles.

■ Le virus se répand

virus-se-repand-044.jpg

Détecté à Wuhan fin décembre, le Sars-CoV-2 s’est propagé dans le monde. Le 11 mars, lorsque la pandémie est déclarée, il circule déjà sur les cinq continents. Plus des deux-tiers des cas recensés depuis le début de la crise sont encore en Asie. C’est toutefois en Europe que le virus se répand rapidement. La deuxième quinzaine de mars, plus de 80% des nouveaux cas mondiaux y sont détectés. L’Europe connaît sa «pire» semaine du 10 au 16 avril (282.763 nouveaux cas en sept jours et 27.447 décès). L’épicentre de la pandémie se déplace ensuite aux Etats-Unis, puis en Amérique latine et dans les Caraïbes. Aux Etats-Unis, après New York, les Etats font face les uns après les autres à une «première vague». Le pays va jusqu’à recenser plus de 470.000 cas en une semaine fin juillet.

■ L’Amérique latine épicentre

amerique-latine-epicentre-044.jpg

L’Amérique latine voit le nombre de cas et de décès fortement augmenter à partir de juin. La région recense environ la moitié des nouveaux décès dans le monde durant tout l’été, jusqu’à être aujourd’hui la région du monde la plus touchée (plus de 300.000 morts et près de 8 millions de contaminations). Le Moyen-Orient (1.625.285 cas, 39.038 décès), l’Afrique (1.323.325, 31.893) et surtout l’Océanie (30.306, 841) restent, selon les chiffres officiellement recensés, moins touchés. Mais l’épidémie repart à la hausse en Asie, avec en moyenne 80.000 nouveaux cas déclarés quotidiennement, essentiellement en Inde.

■ Stabilisation à l’échelle mondiale
Globalement, le rythme de la pandémie semble cependant s’être stabilisé depuis mi-août, avec autour de 260.000 cas et 5.500 morts déclarés tous les jours à l’échelle mondiale. Mais des disparités entre régions et pays perdurent, au point que certains craignent l’arrivée d’une seconde vague. L’Inde (4.465.863 cas, 75.062 décès), les Etats-Unis (6.363.276, 190.873) et le Brésil (4.197.889, 128.539) comptabilisent plus de la moitié des cas déclarés. Avec le Mexique (647.507, 69.095), ils enregistrent aussi la moitié des décès mondiaux.

■ Des résurgences locales qui inquiètent
Israël a passé le cap des 1.000 morts, triplant le nombre de décès dus au coronavirus pendant les mois d’été. L’Espagne a elle dépassé le demi-million d’infections. En France, pays qui teste bien plus qu’en début de pandémie, le nombre de nouveaux cas recensés quotidiennement (désormais plus de 7.000, soit une augmentation de 30% des nouveaux cas en une semaine) inquiète les autorités. Au Moyen-Orient, l’Iran continue d’enregistrer autour de 2.000 nouveaux cas tous les jours. En Afrique, le Maroc observe une hausse quasi constante depuis mi-juillet (plus de 1.700 recensés quotidiennement en moyenne sur les sept derniers jours, en hausse de 30% par rapport à la semaine précédente).

■ De rares territoires épargnés

territoires-epargnes-044.jpg

Certains pays n’ont à l’inverse plus recensé de nouveaux cas depuis plusieurs semaines comme Macao et le Laos en Asie, ou le petit archipel des Palaos en Océanie. La Chine n’a annoncé officiellement aucun nouveau décès depuis la mi-mai et n’enregistre quotidiennement plus qu’une dizaine de nouvelles infections. Le Vatican fait lui figure d’exception en Europe avec uniquement 12 infections déclarées, la dernière remontant à début mai. Une poignée d’Etats dans le monde assurent avoir échappé à la pandémie, parmi lesquels le Turkménistan (qui fait toutefois face selon l’OMS à une montée inquiétante des cas de pneumonie), la Corée du Nord - qui n’a jamais confirmé un cas jugé «suspect» fin juillet - et des îles isolées du Pacifique.

F.Z.T. (Photos AFP)

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc