×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Université d’été de la CGEM: La CDG change de modem

    Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5593 Le 16/09/2019 | Partager
    Une nouvelle stratégie à l’horizon 2022
    Une offre dédiée aux territoires, aux PME-PMI et aux startups
    Plus de 3,5 milliards de DH pour financer l’économie
    abdellatif-zaghnoun-093.jpg

    Abdellatif Zaghnoun, DG de la CDG : «Le Maroc a besoin d’améliorer son taux de croissance pour réussir son émergence économique. Les taux réalisés au cours de ces dernières années sont insuffisants pour faire face à l’évolution démographique et créer de l’emploi pour notre jeunesse» (Ph. Jarfi)

    La CDG ne sera plus ce qu’elle était. Depuis l’arrivée d’Abdellatif Zaghnoun à sa tête, la holding publique est en train de revoir de fond en comble sa stratégie. Plus innovante, plus diversifiée et plus «généreuse» également en termes de financement de l’investissement, la nouvelle vision ambitionne de permettre au Royaume d’opérer une transition profonde.

    «Le Maroc doit adresser quatre défis pour réussir son développement économique. Il s’agit des transitions territoriales à travers la réussite de la mise en œuvre de la régionalisation avancée, industrielle via une transformation structurelle de notre tissu industriel, numérique et écologique», a déclaré Zaghnoun au cours du panel «Quelles initiatives pour l’entreprise?» organisé dans le cadre de la 2e Université d’été de la CGEM et modéré par Nadia Salah, directrice des rédactions du groupe Eco-Médias. La CDG a mis en place une nouvelle stratégie à l’horizon 2022, en ligne avec l’ensemble de ces enjeux économiques.

    «Pour avoir une capacité maximale d’exécution de cette stratégie, nous avons opéré des changements profonds de notre organisation par la création d’une branche Investissement, qui a pour rôle d’investir dans l’equity et les écosystèmes spécialisés dans les métiers mondiaux du Maroc», a annoncé le directeur général. Quatre initiatives ont déjà été amorcées.

    En effet, la holding publique a créé un fonds de 1,5 milliard de DH, destiné à investir dans les écosystèmes des métiers mondiaux avec comme objectif de favoriser l’intégration des opérateurs et de ramener le capital marocain vers ces métiers. Le souci de la CDG étant d’éviter une polarisation du tissu économique entre des entreprises étrangères performantes, orientées export, et des structures nationales cantonnées dans le marché local, parce que justement moins compétitives.

    La deuxième initiative de la CDG porte sur la création d’un autre fonds de 1,5 milliard de DH au profit des PME et PMI. Le principe consiste à prendre des participations en fonds propres dans le capital des entreprises offrant un haut potentiel de croissance et «méritant d’être mises sur la voie de la performance et de l’excellence».

    La troisième est destinée aux startups. En effet, la CDG a lancé en mai dernier un programme d’accompagnement «de bout en bout» des jeunes porteurs de projets. Le directeur général confie que les besoins des PME, des PMI et des startups ne sont pas toujours d’ordre financier. «C’est un processus qu’il faut mener depuis l’injection des fonds jusqu’à ce que l’entreprise vole de ses propres ailes», précise Zaghnoun.

    Un prestataire international a été désigné pour accompagner la CDG dans le processus d’appui aux startups. L’appel à manifestation d’intérêt a déjà été lancé. La CDG a reçu un millier de dossiers en quelques semaines. Le management a d’ailleurs surpris par l’engouement suscité par le programme ainsi que la qualité des projets.

    Une vingtaine de dossiers seront lancés dans les semaines à venir et serviront de références à l’échelle nationale. Ces jeunes porteurs bénéficieront d’une formation approfondie au sein de l’académie de la CDG, notamment par le moyen de modules spécifiques destinés à améliorer leurs compétences en matière de comptabilité, gestion des marchés… Les entreprises pourront également compter sur l’appui de la CDG pour décrocher les premières commandes soit de la part de ses filiales, soit de leur réseau de clients et de fournisseurs. Pour renforcer leur réseau ainsi que leur expertise, les dirigeants de startups seront invités à rencontrer des experts dans le domaine.

    Le quatrième axe à travers lequel intervient la CDG porte sur le cofinancement, sur lequel la holding s’active depuis quelques années déjà à travers Finéa et le CIH. D’ailleurs, il y a un peu moins de deux semaines, une convention a été signée entre les deux structures pour la mise en place d’une ligne de financement de 550 millions de DH destinée aux entreprises.

    Une offre orientée régionalisation avancée

    Convaincue que la régionalisation avancée est un chantier stratégique, la CDG est en train de préparer une offre intégrée au profit des régions. Cette offre s’appuiera sur les expériences et les expertises accumulées par la holding publique en matière d’ingénierie technique et financière, de financement des PME et PMI, d’aménagement puisque le groupe dispose d’une filiale spécialisée (MedZ). L’éventail des expériences s’étend également au développement durable, aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

    Hassan EL ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc